une encyclopédie sur le jdr warhammer

ce forum regroupe toutes informations sur le jdr de warhammer, que ce soit de l'officiel ou pas, du personnel ou pas. Ce site n'a rien d'officiel et ne pourra remplacer en aucuns cas les livres de bases WJRF.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Bretonnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Bretonnie   Mer 2 Nov à 13:25

La terre de Bretonnie
La Bretonnie est l'un des plus grands royaumes du Vieux Monde. Sa taille et sa puissance atteignent presque celles de l'Empire. Elle s'étend des Montagnes Grises à l'est jusqu'au Grand Océan à l'ouest. Ses frontières au sud longent l'Estalie et la Tilée et, au nord, ses côtes rocheuses bordent les eaux agitées de la Mer des Griffes. Les terres qui portent le nom de Bretonnie étaient jadis occupées par les hauts elfes d'Ulthuan qui y construisirent des ports, des palais et des tours pour protéger leurs colonies du Vieux Monde. Tout ceci n'est aujourd'hui plus que ruines.
Les elfes abandonnèrent ces terres après la longue guerre qui les opposa aux nains, qui cherchaient à étendre leurs possessions vers l'ouest à partir des Montagnes du Bord du Monde. A leur tour, les nains se replièrent lorsque leur contrée d'origine fut secouée de tremblements de terre et d'éruptions volcaniques. La région devint alors une terre sauvage peuplée d'orques, de gobelins et de tribus humaines primitives, les ancêtres des Bretonniens.
Son nom vient de celui de la plus puissante de ces tribus, les Bretonni. Sous la conduite de leur chef de guerre, Gilles le Breton, les Bretonni se regroupèrent en une seule nation.
Il s'établirent et cultivèrent les terres, sous la menace constante des tribus orques et gobelines. Après des siècles de luttes incessantes, les Bretonniens prirent le contrôle des vallées et des plaines fertiles, et repoussèrent leurs ennemis dans les forêts et sur les plateaux désolés. Mais les guerres continuèrent contre de nouveaux ennemis. Des flottes de morts vivants ravagèrent les régions côtières à l'ouest, des skavens désolèrent les terres du sud, des pillards nordiques vinrent par delà la Mer des Griffes et s'enfoncèrent dans les terres en remontant les fleuves, détruisant tout sur leur passage. A travers ces générations de guerres continuelles contre divers ennemis, les Bretonniens se forgèrent une héroïque tradition de chevalerie. Ce sont les chevaliers de Bretonnie qui repoussent les forces destructrices de leurs terres paisibles.
Contrairement à l'Empire, la Bretonnie possède un climat tempéré et les terres y sont plus facilement cultivables. Ses immenses forêts et ses régions sauvages sont séparées par des plaines et des vallées fertiles où la noblesse bretonnienne a établi ses domaines féodaux. C'est une contrée riche et bien défendue par sa puissante chevalerie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Bretonnie   Mer 2 Nov à 13:26

Les frontières montagneuses
Les frontières de la Bretonnie sont marquées à l'est et au sud par deux hautes chaînes de montagnes. Elles ne font pas office de défenses naturelles car ces régions sont infestées d'orques et d'autres ennemis prêts à descendre vers les vallées fertiles pour y semer la désolation.

Les Montagnes Grises
Ces hautes montagnes constituent la frontière qui sépare l'Empire de la Bretonnie. Quelques défilés les traversent et sont empruntés par les voyageurs et les marchands, mais ils sont peu sûrs et impraticables en chariot. Seules des mules et des hommes à pied peuvent les utiliser.
La plus importante de ces passes est appelée le Défilé de la Hache. Elle est gardée du côté impérial de la montagne par la forteresse d'Helmgart, et du côté bretonnien, par le château de Montfort.
Cette passe, chemin tout désigné des années d'invasion qui tentent de franchir les montagne, a été le théâtre de nombreuses batailles et escarmouches. L'extrémité nord des Montagnes Grises s'abaisse graduellement pour atteindre les hautes terres de la Trouée de Gisoreux. C'est la principale route commerciale entre la Bretonnie et l'est, et le chemin le plus facile à emprunter pour une armée d'invasion. Cet accès est donc défendu par de nombreux et formidables châteaux tenus par des barons belliqueux qui saisiront la moindre opportunité de guerroyer à la tête de leurs nombreux chevaliers et hommes d'armes.

Les Montagnes du Sud
Elles marquent la frontière sud de la Bretonnie. A leurs pieds s'étendent la Tilée et Skarogne. A l'est, la chaîne de montagnes atteint une région de pics très élevés appelés les Voûtes. Les passes qui traversent ces montagnes sont très rares et celles utilisées par les marchands sont très dangereuses. Bien qu'il soit très risqué pour des armées d'invasion de traverser ces montagnes, la frontière est tenue par de nombreux châteaux forts qui montent la garde contre les skavens, les orques et les gobelins. L'essentiel du trafic commercial avec la Tilée passe par le défilé donnant dans les plaines de Miragliano, ou par mer, en contournant la péninsule Estalienne.

Le Massif d’Orquemont
Les pics rocheux battus par les vents du massif d'Orquemont dominent les terres en plein cœur de la Bretonnie. Ils s'élèvent au-dessus de la forêt de Chalons et sont totalement dénudés sauf là où quelques pins tordus s'accrochent à la roche. Quand les ancêtres des Bretonniens n'étaient qu'une poignée de tribus sauvages, cette région était tenue par les orques et les gobelins. Quelques enclaves orques et gobelines y existent toujours, cachées au milieu des pics et des ruines des forteresses détruites par les chevaliers bretonniens dans leurs efforts constants pour débarrasser cette région des peaux vertes. D'une manière ou d'une autre, des orques et d'autres créatures féroces parviennent toujours à se cacher dans ces montagnes malgré les expéditions de chevaliers mises sur pied pour résoudre ce problème par le fil de l'épée. La région est truffée de cavernes, dont certaines ont peut-être été creusées jadis par les nains. Les orques et les gobelins ne sont pas seuls dans ces montagnes, on raconte aussi que les skavens y tiennent une forteresse, en plein cœur de la Bretonnie. A plusieurs reprises, les nobles bretonniens ont battu la contrée pour mettre un frein aux ravages de ces créatures malfaisantes.

Les Sœurs Blanches
Les Sœurs Blanches sont une région de collines calcaires situées à l'extrême nord des Montagnes Grises. Ces collines désolées, séparées des montagnes par le fleuve Oisel, sont habitées par des bergers bretonniens, et les châteaux y sont peu nombreux. Les ancêtres des Bretonniens, inspirés par les contacts qu'ils avaient avec les elfes et les nains, y ont érigé d'immenses tumulus funéraires pour leurs chefs. Ces tombaux, aujourd'hui en ruines, sont devenues des repaires de monstres et de spectres. Cette région attire de nombreux Paladins et l'on y rencontre aussi des nains chercheurs de trésors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Bretonnie   Mer 2 Nov à 13:29

Plaines et vallées
Les plaines et les vallées de Bretonnie sont comme des jardins si on les compare aux denses forêts et aux étendues sauvages des alentours. Elles sont partagées en de nombreux domaines féodaux, dont chacun est tenu par un des grands barons de Bretonnie. Chaque domaine est séparé des autres par des bois servant de réserve pour les chasses seigneuriales.
Dominant le domaine, s'élève le château du baron, élégante demeure aux tours élancées. La hauteur des tours permet aux sentinelles de voir pratiquement jusqu'au château du baron voisin qui resplendit dans le lointain. Les châteaux sont souvent magnifiques, construits de pierres blanches avec des toits étincelants surmontés de bannières battant au vent. Ils n'en sont pas moins tous ingénieusement bâtis, avec d'énormes donjons, des ponts-levis, des douves, des barbacanes et des herses permettant de repousser d'éventuels assiégeants.
Autour du château s'étendent les champs, les vergers et les vignes du domaine du baron. Ces terres sont cultivées par les paysans qui vivent dans des fermes regroupées au pied du château, dont la silhouette imposante domine leurs toits de chaume. Il y a toujours quelque part une chapelle du Graal, souvent dans un endroit isolé du domaine. Quelques-uns de ces temples sont de grande taille et possèdent un domaine propre donné par le roi, ainsi qu'une troupe de chevaliers pour les défendre.
Les fleuves, qui serpentent sur des centaines de lieues dans les fertiles vallées, sont d'importantes voies commerciales car de nombreuses régions de Bretonnie sont dépourvues de routes et ne possèdent que des chemins. Les voyageurs et les Paladins doivent trouver seuls leur chemin à travers les étendues sauvages, s'ouvrant souvent le passage à coups d'épée et traversant à la nage des rivières et des lacs profonds et dangereux. Des bateaux en provenance des domaines féodaux descendent et remontent les fleuves jusqu'aux cités et aux ports fortifiés, transportant des barriques de vin, d'énormes fromages et d'autres denrées. Quiconque désire voyager en chariot peut s'attendre à un périple extrêmement long, sans compter qu'il est alors sage de se faire escorter par de courageux chevaliers.

Les cités fortifiées
Les cités fortifiées de Bretonnie sont moins importantes que les immenses cités de l'Empire. La majorité de la population bretonnienne vit à la campagne et le royaume compte peu d'artisans et d'industrie. Tout ce dont les chevaliers ont besoin peut être fabriqué dans leur propre château. Les cités de Bretonnie sont ramassées sur elles-mêmes et entourées de massifs remparts, comme d'énormes châteaux.

Couronne
Couronne est la capitale traditionnelle de la Bretonnie.
C'est là que sont sacrés les rois de Bretonnie et que les plus grands chevaliers du royaume se rassemblent pour servir leur souverain. Il s'y tient chaque jour des tournois, des joutes, des banquets et des chasses. Le château du roi est bâti sur les ruines d'un ancien palais elfique et la perfection du travail des elfes de jadis est pour une bonne part dans la magnificence des lieux.
Couronne étant située presque aux limites de la Bretonnie et possédant, du haut de la colline sur laquelle elle est perchée, un point de vue stratégique sur l'Empire et les désolations de l'est, elle est puissamment fortifiée. Les portes, les bastions et les tours de ses remparts sont à eux seuls de petits châteaux tenus par des barons de la cour du roi. Les chevaliers présents à l'intérieur des murs se comptent par milliers, renforcés par les cohortes de Chevaliers Errants qui arrivent ou quittent ta cour pour accomplir une mission royale.

Parravon
Cette ville frontière est bâtie dans les collines des Montagnes Grises et entourée de tous côtés par un gouffre. On ne peut y accéder que par un pont étroit construit jadis par les elfes. Ses murs sont élevés avec une multitude de tours encore plus hautes qui permettent de voir l'Empire à travers la passe ouverte dans les montagnes. Elle est tenue par le duc de Parravon qui a fort à faire pour défendre le royaume contre les incursions orques et gobelines, sans oublier les ambitieux comtes de l'Empire toujours prompts à guerroyer.

Quenelles
Quenelles s'élève près de la source du fleuve Brienne, à la limite de la forêt de Loren. C'est une cité splendide, avec d'anciens édifices elfiques restés intacts. La région est réputée pour la qualité de ses vignobles et la splendeur de la cour de son duc. Festins et tournois s'y tiennent durant tout l'été. Dans les clairières de Loren, que l'on peut apercevoir de la cité, ont été élevées des chapelles du Graal. Chacune construite à un endroit où les légendes disent que le Graal est apparu. Certaines de ces chapelles sont si anciennes qu'elles disparaissent sous la végétation et sont complètement oubliées.

Gisoreux
Gisoreux est située sur les berges du fleuve Oisel, gardant la passe qui sépare les Sœurs Blanches des Montagnes Grises et qui donne sur l'Empire. Elle est défendue par un triple mur d'enceinte, dont les portes et les tours deviennent de plus en plus hautes en s'approchant du centre. Face à la frontière avec l'Empire s'élève l'énorme donjon du duc de Gisoreux. Ce dernier dispose d'un fort contingent de chevaliers pour repousser les hordes d'invasion. Maintes batailles ont été livrées ici, comme en témoignent les nombreuses ruines de châteaux qui existent à l'est de la cité.
Les terres de cette contrée sont de rudes landes, peuplées seulement de bergers. Vers l'ouest, s'étend la foret d'Arden. Durant les heures sinistres du passé, lorsque les orques, les skavens et les morts vivants parcouraient la région, Gisoreux était totalement coupée du reste de la Bretonnie, encerclée de toute part par l'ennemi, en ces jours sombres, les chevaliers se faisaient un honneur de se frayer un chemin à travers les hordes hostiles pour venir renforcer les défenseurs enfermés derrière les murs de la cité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Bretonnie   Mer 2 Nov à 13:32

Les Grandes Forêts
A l'intérieur des frontières de la Bretonnie s'étendent d'immenses forêts sauvages et inexplorées, semblables à des îles de mystères et de périls en plein cœur du royaume. Les Bretonniens continuent d'implanter des domaines féodaux en bordures de ces forêts, y repoussant les orques, les gobelins et les monstres. Ceci se poursuit depuis que la tribu des bretonni s'est installée sur ces terres qui portent maintenant son nom. En ces jours, la quasi totalité de cette contrée était sauvage. Conquêtes et colonisation se poursuivent depuis, mais la vitesse de progression a été irrégulière au cours des siècles. Parfois, des provinces entières sont dévastées par des invasions ou par la peste et redeviennent sauvages. Malgré tout, les chevaliers sont toujours aussi nombreux à vouloir les reconquérir pour s'y tailler de nouveaux domaines, y bâtir des châteaux pour défendre ce qu'ils ont durement gagné, et y installer des paysans pour cultiver les champs, les vergers et les vignobles.

La forêt de Loren
L'immense et mystérieuse forêt de Loren s'étend au sud-est de la Bretonnie. Elle est située entre les Montagnes Grises et les Voûtes. Cette forêt est si vaste que sa nature change d'une extrémité à l'autre, des plaines couvertes de chênes noueux s'élevant dans les brumes des nombreux étangs et lacs des basses terres, aux étendues de pins sombres et de bouleaux argentés qui poussent sur les contreforts des montagnes. Il faut au voyageur plusieurs jours pour trouver son chemin à travers l'impénétrable forêt et très peu, à part les Paladins, s'y risqueraient.
Caché clans la forêt se trouve le légendaire royaume d'Athel Loren. Cette région mystérieuse est la dernière enclave elfique du Vieux Monde. Ses habitants sont des descendants des hauts elfes qui, contrairement à leurs semblables, ont refusé d'abandonner le Vieux Monde et se sont installés dans la région la plus inaccessible qu'ils purent trouver, s'y protégeant à l'aide de la magie.
Même si le roi de Bretonnie revendique sa souveraineté sur cette région, c'est en réalité un royaume indépendant avec ses propres lois et ses propres dirigeants. Les Bretonniens respectent les elfes sylvains et ne se mêlent pas de leurs affaires. Les rois de Bretonnie n'ont jamais tenté d'étendre leur autorité sur les elfes et aucun baron ne tente de se constituer un domaine dans cette forêt. C'est une des rares régions dans laquelle les orques et autres envahisseurs craignent de pénétrer et où, s'ils le font, ils disparaissent à jamais.

La forêt d’Arden
La forêt d'Arden est une immense étendue de chênes qui recouvre l'intérieur de la Bretonnie du nord. Elle s'étend sur les contreforts des Montagnes Grises et, pour cette raison elle est souvent envahie par les orques et les gobelins, qui entrent en Bretonnie par les pics et les passes. Au plus profond de cette forêt, ils peuvent se cacher et lancer des raids sur les contrées environnantes. Les marais et les lacs y sont nombreux ainsi que les épais bosquets, rendant délicate la poursuite des pillards une fois qu'ils ont atteint la forêt.
Des créatures maléfiques, des dragons et des bêtes sauvages s'y terrent, et la forêt attire inévitablement de nombreux Chevaliers Errants et Paladins désireux de les traquer, de les tuer et d'en retirer un grand honneur. Certains de ces chevaliers n'en reviennent jamais. Leurs restes sont parfois retrouvés plusieurs siècles plus tard, malheureux débris d'armure rouillée, ou squelette à peine visibles au fond d'un étang brumeux. Ici, les racines d'un arbre sont passées à travers la visière d'un heaume, là, des épées sont enfoncées jusqu'à la garde dans l'écorce d'un grand chêne qui s'est largement développé autour d'elles, jusqu'à pratiquement les faire disparaître.

La forêt de Chalons
La forêt de Chalons est différente de toutes les autres grandes forêts de Bretonnie, car elle est située sur les hauts plateaux qui s'étendent à l'ouest des rochers escarpés du massif d'Orquemont. Elle recouvre des ravins et des collines rocheuses. Des pitons de pierre balayés par le vent émergent partout des arbres noueux. C'est une région percée d'innombrables cavernes et traversée par de nombreux torrents. On peut y trouver des chutes d'eau et de paisibles bassins. D'énormes rochers se tiennent en équilibre instable sur les arêtes des falaises au-dessus d'abîmes tapissés de fougères et de mousse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Bretonnie   Mer 2 Nov à 13:34

Les ports
Les seules villes suffisamment grandes pour vraiment revendiquer le nom de cité sont les ports, puisque le commerce avec l'extérieur fait venir les marchands et fait vivre de nombreux Bretonniens démunis qui, pour une raison ou une autre, ont abandonné la campagne. Les Bretonniens, nobles et paysans, sont au plus profond d'eux-mêmes un peuple rural qui n'aime pas vivre dans des villes, lieux qui ne leur semblent ni naturels, ni honorables. De nombreux habitants des villes bretonniennes éprouvent ce sentiment et embarquent comme marins sur les navires de guerre pour échapper aux taudis des agglomérations portuaires.
Les racines du problème viennent de ce qu'ils veulent absolument garder leur mode de vie campagnard et refusent de s'adapter à la vie citadine. Ils persistent à construire des habitations en bois avec des toits de chaume et non d'ardoise, et laissent poules et cochons courir librement dans les rues. Les maisons sont construites aussi près que possible des murs du château pour bénéficier de leur protection et ce sont des centaines de demeures qui s'agglutinent les unes sur les autres.

L’Anguille
Ce port, dont les flottes gardent l'embouchure du fleuve Sannes, est souvent l'objet d'attaques de pirates en provenance du nord ou de l'est. Ses murs sont donc colossaux, avec des bastions s'avançant dans la mer. Le duc de l'Anguille y possède un château perché sur un rocher et qui, à marée haute, est coupé des terres. A marée basse, on ne peut y accéder que si l'on connaît le chemin au milieu des sables mouvants. La plus haute tour du château fait office de phare pour la navigation. Cet ensemble défensif a été bâti sur les solides fondations d'une colossale forteresse elfique en ruines, car les flots déchaînés se jettent contre les pierres jour et nuit.

Brionne
Le port de Brionne est construit sur des tours elfiques en ruines. On y trouve le château du duc de Brionne qui sert le roi en gardant la frontière avec l'Estalie et en surveillant les côtes ouest contre les pillards. Il se repose pour ceci non seulement sur les barons qui tiennent les domaines frontaliers séparant le grand fleuve Brienne des montagnes, mais aussi sur une immense flotte de guerre. Comme tous les autres ports. Brionne possède des quartiers pauvres autour des docks, qui sont autant de foyers potentiels de peste. Ce sont de tels endroits qui sont les plus exposés aux infiltrations des skavens et aux raids des flottes de Settra.

Bordeleaux
Le port de Bordeleaux, tout comme Brionne, est construit sur des ruines elfiques, mais elles sont en ces lieux plus imposantes et plus étendues. Cette ville est le plus grand port de Bretonnie et celle qui dans tout le royaume approche le plus de la taille d'une cité, même si elle est elle ceinte de hautes murailles et dominée par le donjon de duc de Bordeleaux. Ce port possède la plus grande flotte de guerre, car c'est par lui que transite le commerce avec les elfes et de nombreux autres peuples.
La ville compte des quartiers différents pour les marchands elfes, les artisans nains, les estaliens, les tileens, et même quelques nordiques. On y trouve les inévitables tavernes plus ou moins louches et les quais sont occasionnellement le théâtre de bagarres. Les Bretonniens ont séparé par un mur la cité supérieure des bas quartiers aux environs des quais, et les portes en sont gardées par des hommes d'armes pour que le calme de la noble chevalerie bretonnienne ne soit pas troublé par les ruffians. Le duc saisira toute opportunité pour remettre de l'ordre dans ces quartiers et, en cas d'épidémie de peste, ordonnera que tout soit brûlé, rasé puis reconstruit.

Moussillon
Moussillon est située dans la vallée marécageuse du fleuve Grismérie et était à l'origine un port de commerce. L'endroit atteignit rapidement la taille d'une grosse ville, en particulier durant les heures sombres de la Bretonnie, lorsque les populations fuyant les raids de Settra vinrent s'y réfugier. Le nombre de ces réfugiés fut tellement important que certains bâtirent leur cabane en dehors des murs et le long du fleuve. Leurs descendants sont aujourd'hui les habitants les plus pauvres de la ville, trouvant du travail sur les quais ou en tant que marins à bord des navires bretonniens. Les quartiers les plus bas de la cité souffrent grandement des fréquentes crues du fleuve qui rendent les conditions de vie vraiment sordides. L'état délabré de la cité est une véritable tentation pour les skavens et les pillards de Settra. Certaines créatures de ce dernier ont d'ailleurs pu s'approprier les cryptes de la cité, et sont depuis parvenus à y maintenir une présence constante.
Nombreux sont les rois de Bretonnie qui ont voulu raser et reconstruire Moussillon, mais l'endroit même semble maudit. Depuis des siècles, les ducs de Moussillon ont tenté de stopper l'inexorable décadence, mais ce combat semble pour le moment perdu. Comme dans d'autres ports bretonniens, des épidémies de fièvre rouge se déclenchent parfois et la dernière, remontant à deux siècles, tua la presque totalité de la population. Elle survint peu de temps après l'affaire dite du Faux Graal dans laquelle se déshonora Maldred, duc de Moussillon. Il eut beau s'enfermer dans son château, le duc ne put échapper à la peste et mourut. Depuis, le roi n'a jamais nommé de successeur et Moussillon n'est plus aujourd'hui que ruines désertes. Les habitants sont de moins en moins nombreux et partent s'installer dans de nouveaux domaines tenus par de vigoureux chevaliers. Ainsi, le roi établit un cordon sanitaire composé de châteaux et entourant la cité que toute la Bretonnie considère comme perdue. Des Chevaliers Errants et des Paladins parcourent les ruines dans l'espoir d'y abattre des monstres. La cité sera plus tard à nouveau revendiquée par la Bretonnie, mais pour l'heure, son existence en tant que port appartient au passé. On la considère comme un territoire perdu à reconquérir et le roi actuel est constamment sollicité par ses chevaliers pour déclarer une Guerre Sainte et purifier la ville.

Informations tirées de "Warhammer armées Bretonnie" (Games Workshop)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bretonnie   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bretonnie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OG VS Bretonnie VS Guerriers du chaos [3000]
» Équivalent bretonnie
» 3000+1000 vs Bretonnie(3000) et Elfes sylvains(1000)
» Comment bien démarrer une armée de la Bretonnie ?
» [WhB] [2500] [AR] Empire VS Bretonnie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
une encyclopédie sur le jdr warhammer :: Appendice historique, géographique et biographique :: A-B-
Sauter vers: