une encyclopédie sur le jdr warhammer

ce forum regroupe toutes informations sur le jdr de warhammer, que ce soit de l'officiel ou pas, du personnel ou pas. Ce site n'a rien d'officiel et ne pourra remplacer en aucuns cas les livres de bases WJRF.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Répurgateurs

Aller en bas 
AuteurMessage
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Répurgateurs   Lun 24 Oct à 12:27

Répurgateurs
Si les armées de l'Empire et les magiciens de bataille constituent les premières lignes de défense contre les invasions extérieures du Chaos, les répurgateurs sont ses défenses contre les attaques de l'ennemi intérieur. Estimant que la meilleure forme de défense est l'attaque, ils cherchent ceux qui frayent avec le Chaos ou qui enfreignent les lois de l'Empire s'y rapportant, et les neutralisent. Tous les citoyens ordinaires conviennent de l'importance des répurgateurs et du caractère crucial de leur travail pour la sécurité du Vieux Monde, mais rares sont ceux qui n'ont pas peur quand ils aperçoivent une silhouette portant le chapeau noir, la tunique et le manteau familiers.

Histoire de la Chasse aux Sorciers
Jusqu'à il y a environ deux cents ans, la majorité des répurgateurs appartenaient à l'Ordre des Templiers de Sigmar. L'Ordre, une division très indépendante de l'Église de Sigmar, existe depuis les premiers jours de l'Empire, mais n'a accédé à son rôle actuel qu'en 1913, quand une charte officielle confia à l'Église de Sigmar la mission d'éradiquer la démonologie et l'adoration du Chaos, Cette tâche fut déléguée aux templiers, qui agirent avec zèle - et très souvent, avec beaucoup trop de zèle. Les répurgateurs plus modérés, commandités ou approuvés par les temples de Solkan, d'Ulric et de Véréna, furent totalement écartés.
Au fil des ans, le caractère impitoyable et implacable des templiers devint légendaire, de même que leurs tactiques vicieuses, la brutalité de leurs tortures et les atrocités commises dans le cadre de leur mission. Les bases militaires et les règles initiales de leur charte furent élargies, ainsi que la liste de leurs cibles possibles, jusqu'à ce que les "répurgateurs" - comme on les appelait désormais - soient légalement autorisés à arrêter, juger et brûler "les sorciers, sorcières, enchanteurs, diseurs de bonne aventure, nécromants, adorateurs des dieux noirs, déviants, mutants, hérétiques, blasphémateurs, pécheurs, profanateurs, serviteurs des démons ou compositeurs de musique corruptrice". Leur cible principale était les utilisateurs de sorcellerie; pour eux, quiconque se servait de la magie était de mèche avec le Chaos.
À l'époque où Magnus le Pieu créa les Articles de la Sorcellerie Impériale et réforma les lois concernant la magie en 2304-7, les templiers de Sigmar constituaient une des forces les plus haïes de l'Empire. Personne ne pouvait les contrôler, même leurs propres prêtres de l'Église de Sigmar en avaient peur. Il fallait absolument réduire leur pouvoir, mais comment s'y prendre? Quiconque osait critiquer les templiers était immédiatement accusé d'être opposé à Sigmar - un hérétique - et donc devait être exécuté.
Magnus résolut le problème non pas en réduisant les pouvoirs des Sigmarites, mais en les augmentant. Il confirma la charte de 1913, mais il attribua aussi à l'Église de Sigmar la charge de faire respecter les Articles - en particulier celui qui affirmait que les templiers étaient des unités religieuses et militaires, et que leur loyauté allait donc à l'Empire, ses Electeurs et les commandants de ses armées autant qu'à leur dieu.
Quand le Grand Théogoniste eut accepté - après maintes discussions - Magnus attribua aux chefs des Collèges Impériaux de Magie le rang de commandant militaire. Les templiers, se retrouvant sous les ordres de leurs anciens ennemis - qui avaient non seulement le droit de leur donner des ordres et de leur imposer une discipline, mais aussi les capacités magiques de réprimer toute désobéissance - n'eurent pas d'autre choix que de se soumettre à de nouvelles lois régissant leurs actions et le recrutement de nouveaux membres. Des gens compétents extérieurs à l'Ordre des Templiers purent ainsi se tourner vers cette profession, et les répurgateurs des temples de Solkan, Ulric, Véréna et Morr obtinrent un statut équivalent. Le pouvoir des templiers ayant été brisé, Magnus retira aux Grands Sorciers leur statut militaire; il fit cependant bien comprendre qu'il pouvait revenir sur cette décision.
Deux siècles plus tard, les templiers de Sigmar représentent encore l'essentiel des répurgateurs, mais ils doivent s'accommoder des templiers et des anciens clercs des autres temples, d'anciens soldats, des champions judiciaires, de tous ceux qui ont un grief contre le Chaos et même d'anciens enchanteurs. Les répurgateurs sont toujours considérés avec un respect salutaire, et ils inspirent souvent une répugnance chargée de peurs: les souvenirs des atrocités et des bûchers collectifs des débuts des templiers perdurent dans certaines régions de l'Empire, et aussi dans l'esprit de certains répurgateurs. Ils ont peut-être juré de se soumettre aux lois de Magnus, mais certains aspirent au retour de l'ancienne tradition, estimant que l'Empereur et ses laquais ne comprennent pas le vrai dan¬ger que représente le Chaos.

Devoirs et Pouvoirs
Les répurgateurs jurent de protéger l'Empire et ses citoyens "du Chaos, de ses alliés et de ceux qui le servent", parmi lesquels les démons, démonistes, adeptes du Chaos, sorciers du Chaos, nécromants, utilisateurs illégaux de magie, mutants et hommes-bêtes. La plupart se spécialisent dans un domaine particulier d'investigation, consacrant des années, voire des décennies, à poursuivre dans l'Empire tous les membres d'un certain culte ou à pister un prêtre particulier d'un dieu noir. Ceux qui se spécialisent dans la chasse aux nécromants et aux démonistes sont parfois recrutés pour devenir exorcistes.
Les règles établies par Magnus obligent les répurgateurs à travailler avec la loi : ils ne peuvent plus être à la fois procureur, jury, juge et exécuteur. Ils ont toute autorité pour arrêter les citoyens accusés de suivre les voies du Chaos et peuvent exiger qu'ils soient immédiatement jugés - une requête que très peu de conseils de cité rejettent. L'accusé a droit à un procès équitable, bien que le sens du terme "équitable" varie selon les endroits. Le répurgateur en sera systématiquement le procureur; aucune loi n'imposant de s'en tenir strictement aux preuves matérielles, certains recourent à leurs talents d'orateur, aux implications, à la suspicion et même aux menaces voilées pour convaincre le juge (et le jury s'il y en a un) de la culpabilité de l'accusé. S'il est déclaré coupable, la condamnation habituelle pour les adeptes du Chaos, c'est le bûcher - la seule façon de détrui¬re le corps et de purger son âme impure en même temps.
La plupart des répurgateurs travaillent seuls, parfois sous couverture mais le plus souvent ouvertement, leur chapeau et leur tunique noirs éveillant la peur dans le cœur des gens et la confusion dans leur tête. Ils peuvent réquisitionner la milice locale ou la garde, les prêtres des temples de Sigmar, d'Ulric, de Véréna et de Morr, et "tous les citoyens à l'esprit sain" pour les aider à accomplir leur devoir. Magnus pensait que les répurgateurs travailleraient de concert avec les temples, mais les tensions entre les chasseurs des différentes religions et ceux qui adoptent des attitudes différentes vis-à-vis de la magie empêchent souvent leurs forces de s'unir. Il existe toutefois quelques ligues et organisations de répurgateurs, souvent au plus haut niveau, comme les Chercheurs de Vérité et de Justice, avec des installations dans diverses cités. Deux des plus puissantes possèdent des abbayes ou des châteaux, où les membres se rassemblent pour faire leur rapport, s'entraîner et prier ensemble.
Un des Articles de la Sorcellerie Impériale les plus controversés stipule que les biens de toute personne déclarée coupable de collusion avec le Chaos sont confisqués par le temple du répurgateur qui l'a présentée à la justice. Dans de nombreux cas, cet article a entraîné des accusations de corruption parmi les répurgateurs, ou de fabrication de preuve pour éliminer un rival professionnel ou pour faire pencher la balance dans des affaires de politique locale. De temps à autre, un temple modeste abritant quelques prêtres se retrouve propriétaire d'un château, d'un domaine ou - dans un cas en 2495 - d'une compagnie commerciale avec des entrepôts sur tout le Reik et une flotte de vingt bateaux fluviaux.
Certains répurgateurs préfèrent travailler en marge de la loi, parce qu'ils savent qu'ils ne pourront jamais arrêter leur gibier et le présenter à la justice, parce qu'ils estiment que la justice de Sigmar est trop bonne pour la racaille qu'ils pourchassent, et quelques-uns commencent même à voir des signes du Chaos partout. S'ils sont pris, ces rené¬gats sont traités aussi durement que s'ils étaient adeptes du Chaos. Certains individus se prétendent répurgateurs: ils se rendent dans des communautés isolées, provoquent une hystérie collective contre un innocent, le font brûler, confisquent ses biens et s'enfuient avant que leur crime soit découvert. S'ils se font prendre, ils encourent la mort, car c'est ce dont est passible cette usurpation d'identité.
Aucun répurgateur n'usera de magie séculière dans l'accomplissement de son devoir. On leur enseigne que la magie est une force du Chaos et que l'utiliser contre la chose qui l'a créée serait comme combattre un incendie en l'aspergeant d'huile. C'est en partie pour cette raison que la plupart des répurgateurs pensent que tous les sorciers sont plus ou moins souillés par le Chaos ; même chose pour les détenteurs de licence impériale qui, selon eux, ont juste réussi à rouler les serviteurs de l'Empereur en leur faisant croire que leurs pratiques impies sont inoffensives.

Vie d'un Répurgateur
Pour devenir répurgateur, il faut recevoir l'autorisation spéciale d'un prêtre de haut rang d'un des quatre temples autorisés à s'occuper de l'impie: Sigmar, Ulric, Véréna ou Morr. Cette autorisation n'est pas accordée gratuitement, mais elle est plus facile à obtenir qu'une licence magique, et il n'est pas nécessaire de la faire renouveler chaque année. Certains temples forment leurs propres répurgateurs et les surveillent attentivement; d'autres accordent des licences à quiconque leur semble compétent et motivé. Dans certaines régions du monde, comme l'Estalie, les répurgateurs seraient totalement incontrôlables et useraient de menace d'inquisitions pour imposer leur autorité aux temples censés les surveiller et modérer leurs actions.
Parmi les répurgateurs, on trouve aussi bien le froidement impartial, qui considère son activité comme "un simple boulot", que ceux qui pourchassent avec un zèle illimité les sbires du Chaos et qui sont prêts à réduire un village en cendres plutôt que de laisser un sectateur impuni. Plus les répurgateurs avancent en âge et en expérience, plus les scènes d'horreur auxquelles ils ont assisté sont nombreuses. Certains deviennent alors plus extrémistes et se rapprochent du stéréotype de l'implacable Templier de Sigmar d'il y a trois siècles, pour qui tout le monde est coupable à des degrés divers. Quelques érudits se sont demandé si les répurgateurs qui suivent cette voie ne se retrouvent pas malgré eux de mèche avec le Chaos - mais sans faire trop de vagues.
Il existe aussi dans l'Empire des répurgateurs auto-désignés, qui à leur guise et sans aucune autorisation officielle. Certains sont des renégats ou des zélotes poursuivant une croisade personnelle ; d'autres sont corrompus et accusent les gens riches à seule fin de confisquer leurs biens. Le terme "répurgateur" éveille cependant une telle terreur chez les paysans de l'Empire qu'ils sont prêts à croire quiconque prétend éliminer le Chaos. Les chefs de communautés, prêtres, hommes de loi et bourgmestres peuvent se montrer plus sceptiques, maïs ils ne tiennent pas à s'opposer à un orateur enflammé, de peur d'être soupçonnés de pencher vers les forces des ténèbres.
Les répurgateurs ne sont pas chargés de démasquer les traîtres, les révolutionnaires et autres agitateurs, et la plupart ne s'intéressent pas à eux à moins d'une implication avec le Chaos. Les plus consciencieux peuvent signaler à un ami appartenant à la Garde la présence d'un mouvement anti-monarchiste qui prépare une révolte du côté de l'université... mais la plupart n'ont aucun ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Répurgateurs   Lun 24 Oct à 12:28

Les Chercheurs de Vérité et de Justice
La devise des Chercheurs représente ce à quoi ils aspirent tous: ''Connaissance, Courage, Intégrité". Ils sont fiers de leur dévouement total à leur travail. La plupart sont des adeptes de l’Ordre, ce qui les rend insupportables pour la plupart des gens. Même si la Cour Impériale ne les reconnaît pas ouvertement, leurs finances proviennent des coffres impériaux et du bureau du Grand Théogoniste. Chacune de ces deux sources croit sincèrement en la mission de cette société. Aucune des deux ne se rend compte du zèle excessif ou de l'efficacité impitoyable dont font preuve les Chercheurs.
Les bureaux des Chercheurs sont installés dans un immeuble ordinaire et sinistre, proche du Palais Impérial d'Altdorf; son seul trait distinctif, c'est une petite plaque de cuivre portant le nom de l'organisation et sa devise. L'endroit n'est pas ouvert au public et la porte est presque toujours verrouillée. Il est très rare d'obtenir une réponse quand on frappe à la porte, car les Chercheurs du coin ont tous la clé. La plupart exercent une activité de couverture, surtout celle de simple fonctionnaire dans la bureaucratie impériale, en particulier dans le département chargé des licences de magie, car cela leur permet de contrôler les sorciers dont ils soupçonnent les tendances chaotiques.
L'ascétisme extérieur du bâtiment offre un contraste saisissant avec son intérieur douillet. Les murs sont lambrissés, les sièges confortables et il y a toujours un serviteur prêt à apporter un verre de vin de bonne qualité ou un repas délicieux composé de quatre plats. Des chambres attendent les Chercheurs venus d'autres cités. La société tente d'avoir, en permanence, un représentant dans toutes les grandes villes de l'Empire. Elle a récemment recruté de nouveaux adhérents pour les capitales des autres pays, dont l'Estalie, la Bretonnie et Kislev.
C'est dans le sous-sol, sous ces pièces raffinées, que se révèle le vrai visage des Chercheurs. C'est là que sont installées les cellules et les salles d'interrogatoire. On y trouve aussi un "tribunal", où les sorciers sont jugés par trois juges auto-désignés. Les accusés n'ont droit à aucun avocat ou témoin qui pourrait gêner la bonne marche de la justice. Le procès commence habituellement par une simple question, dans le style: « Êtes-vous ou avez-vous été un nécromant? »
Si l'approche douce que représente le procès ne permet pas d'obtenir des aveux, le sorcier est emmené dans la salle d'interrogatoire où on lui applique des méthodes plus musclées, comme tord-pouce, tisons ardents et chevalet. Quand le sorcier s'est confessé et qu'il a été reconnu "coupable", un procès de pacotille est alors organisé pour que la victime terrorisée et brisée puisse faire sa confession dans un tribunal officiel, avant d'être envoyée au bûcher. Sinon, si c'est plus opportun sur le plan politique, le sorcier disparaît simplement, ou réapparaît flottant sur le ventre sur le Reik. Les sorciers qui ont réussi à échapper à cette mascarade de justice sont extrêmement peu nombreux.
Seuls les sorciers licenciés soupçonnés de nécromancie et autre sont traités ainsi. Ceux qui pratiquent dans l'illégalité sont présentés devant un tribunal classique, car ils ont toutes les chances d'y être reconnus coupables.
Le chef des Chercheurs est Detlef Johannson. C'est un homme approchant la soixantaine, les cheveux gris, le regard cruel, toujours vêtu de noir. C'est un ami très proche du Grand Théogoniste, qu'il a aidé plusieurs fois à retrouver plusieurs vrais (et de nombreux imaginaires) sorciers du Chaos au cours de ses trente ans de carrière. Il souffre de mégalomanie et d'une vive paranoïa.
Detlef est la terreur des Collèges Impériaux de Magie, où l'on dit qu'il aurait des "pouvoirs anti-sorcellerie"; certains murmurent qu'il est immunisé contre la magie. Ce n'est pas vrai, mais avec sa force mentale extraordinaire, beaucoup de sorts échouent sur lui.
De plus, ses répurgateurs et lui ont rassemblé toutes sortes d'amulettes protectrices et même quelques armes destructrices de pouvoir, y compris de nombreux appareils ordinaires mais efficaces assurant que le suspect ne peut user de magie. Parmi ceux-ci, on trouve des drogues, des menottes (qui interdisent la gestuelle), des bloque-langue, des baillons et même de petites poches pleines d'insectes irritants, dont le harcèlement constant vient à bout des concentrations les plus intenses - surtout quand l'individu concerné a été privé de sommeil, d'eau et de nourriture. L'association de ces instruments et techniques à des années d'expérience politique et d'incitation à l'émeute fait que ces gens peuvent agir sur la seule base de leurs soup¬çons dans une impunité presque totale.

Exorcistes
Les exorcistes consacrent leur existence à pourchasser et à éliminer les mort-vivants, les démons et les fantômes, ainsi que ceux qui les évoquent. Ils sont très différents des répurgateurs ; s'ils poursuivent les mêmes buts, leurs méthodes sont totalement opposées. Les répurgateurs exècrent la sorcellerie, alors que les exorcistes apprennent l'art de la nécromancie et de la démonologie pour s'en servir contre les forces des ténèbres. Ce qui les motive, c'est un désir ardent d'éradiquer toutes traces de ces arts immondes.
Il existe trois types d'exorciste. Ceux du premier type sont religieux: des initiés se destinant à la prêtrise sont formés par des groupes secrets au sein d'un des temples - le plus sou¬vent de Morr, niais il existe des exceptions - aux arts sombres, lesquels les enverraient au bûcher en tant qu'adeptes du Chaos s'ils venaient à être découverts. Dans les collèges de magie, des sympathisants sont prêts à leur accorder des licences pour qu'ils puissent pratiquer leur art plus ouvertement; l'attribution de licences est cependant, tellement surveillée que cela n'en représente que quelques-unes chaque année. Des répurgateurs sont parfois recrutés ainsi.
Les exorcistes du deuxième type sont dynastiques; l'exorcisme coule dans leur veine et ils ont un talent inné pour cette pratique. Les compétences appropriées et le savoir secret sur les démons, le monde spirituel et la nature des mort-vivants sont transmis de génération en génération, de parents à enfants. Il n'existe que quelques familles de ce type dans tout le Vieux Monde, et même si elles supposent qu'il y en a beaucoup d'autres, elles n'entretiennent aucune relation.
Les exorcistes du troisième type sont plus rares: les nécromants ou les démonistes qui ont réussi à se libérer de l'emprise de leur sinistre activité et qui se sont voués à la destruction de tout ce qui s'y rapporte et de ceux qui s'y adonnent.
La vie d'un exorciste est faite de solitude. Quel que soit son parcours professionnel, il ne cesse de voyager, s'occupant de cas de hantise, de possession et autres phénomènes surnaturels là où ils se manifestent. Les exorcistes sont également doués pour repérer et déjouer les mystifications, au cours desquelles de prétendues activités surnaturelles sont feintes pour toutes sortes de raisons.
Généralement, ils n'ont pas d'autre choix que de travailler dans le secret, comme les sorciers des taillis, et doivent affronter la communauté surnaturelle et celle de la sorcellerie officielle. La plupart ne rencontrent jamais leurs confrères, et quand cela arrive, c'est parce que leur temple ou un commanditaire les réunit pour exorciser une force ou une entité surnaturelle particulièrement puissante.
Le seul but des exorcistes, c'est de débarrasser définitivement le monde des menaces surnaturelles et de ceux qui se mêlent de choses qu'il vaut mieux ignorer. Certains finissent par devenir répurgateurs pour réaliser ce projet. Les exorcistes recourent à toutes sortes de compétences et de sorts pour affronter le surnaturel; en ce qui concerne l'utilisation de sorts, ils sont assimilés aux sorciers.
Un exorciste doit posséder une licence pour user ouvertement de magie, à moins d'être prêtre dans une église ou un temple. Aucun collège n'acceptera de donner une licence à un individu qui admet avoir appris des sorts nécromantiques et démoniques, même pour les meilleures raisons du monde : il lui faudra donc l’obtenir en secret, se procurer un faux ou se faire passer pour un sorcier légitime. Certains exorcistes mènent une double vie, n’apparaissent qu’en cas de besoin, d’autres voyagent sans cesse, ne restant pas plus de quelques jours au même endroit.
Les exorcistes ne travaillent jamais avec les répurgateurs, dont ils ont peur : les lois et la charte de 1913 affirment clairement que quiconque pratique la magie démonique ou nécromantique est un adepte du Chaos et qu’il est condamné au bûcher.

Informations tirées des "Royaumes de la sorcellerie"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
 
Répurgateurs
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fugurines répurgateurs Mordheim
» Commande du copain Coteaz04: des Répurgateurs pour Mordheim
» [Répurgateurs] Les Illuminati

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
une encyclopédie sur le jdr warhammer :: Appendice des scénarii et des suppléments officiels ou non. :: Q-R-
Sauter vers: