une encyclopédie sur le jdr warhammer

ce forum regroupe toutes informations sur le jdr de warhammer, que ce soit de l'officiel ou pas, du personnel ou pas. Ce site n'a rien d'officiel et ne pourra remplacer en aucuns cas les livres de bases WJRF.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Magie, histoire de la ....

Aller en bas 
AuteurMessage
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Magie, histoire de la ....   Lun 24 Oct à 12:22

Une Histoire de la Magie
La magie du monde de Warhammer est une force puissante mais capricieuse, plus proche du Cahos que ne sont prêts à l'admettre la plupart des sorciers.. capable des plus grands bienfaits, elle est le plus souvent utilisée à des fins égoïstes, et par amour du pouvoir. le pouvoir est toujours corrupteur, mais celui de la magie l'est peut-être plus que tout autre. De nombreux sorciers se sont engagés dans cette carrière pour rendre le monde meilleur - ils sont néanmoins devenus ces créatures répugnantes qui communient avec les morts dans la puanteur des charniers, guettant à tout instant le pas d'un répurgateur devant leur porte.
Ceux qui pratiquent la magie dans le Vieux Monde reçoivent respect et admiration, mais ils sont aussi redoutés. Les autorités de l'Empire reconnaissent avoir besoin de sorciers dans leurs armées, mais ne leur accordent qu'une confiance minimum. tous les sorciers doivent posséder une licence; ceux qui n'en ont pas doivent se montrer très discrets. et même un sorcier en règle peut être pris à partie par des ignorants en colère de l'espèce des lyncheurs dans un village reculé, s'il vient à étaler ses pouvoirs quand une épidémie détruit le cheptel ou les cultures.

Histoire de la Magie
Les premiers et les plus grands maîtres de la magie sont les elfes hauts, qui ont appris leur savoir auprès de ces êtres mystérieux que l'on appelle les Anciens. Les rares archives de l'époque sont conservées dans les 800 mètres d'élévation de la Tour d'Hoeth, le centre de toutes les connaissances magiques elfes, uniquement accessible aux sorciers et aux savants elfes du plus haut rang.

La Venue du Chaos
De toutes les races civilisées du monde de Warhammer, seuls les elfes hauts conservent des archives de l'époque précédant la venue du Chaos, des archives obscures et parfois contradictoires. On doit l'un des récits les plus pittoresques à l’érudit elfe haut Baratheon, qui mourut il y a 7000 ans.

Vraiment; c'était l'Âge d'Or. Les elfes vivaient en paix et en harmonie à Ulthuan, et rien ne laissait présager le mal qui allait s'abattre. En ce temps-là, d'après ce que l'on dit, les Anciens venaient encore voir notre peuple, leurs puissants vaisseaux navigants entre les étoiles comme nos bateaux parcourent les océans du monde. Ils nous apportaient un grand savoir, et nous offraient des plantes et des animaux inconnus.
À cette époque, alors que les humains et les nains n'étaient que des primitifs se nourrissant de racines dans les jungles obscures des Terres du Sud, les elfes hauts s'asseyaient au pied des Anciens et absorbaient leur sagesse.

Baratheon poursuit en décrivant les us et coutumes des elfes hauts de cette époque glorieuse, avec des détails si vivants que beaucoup d'érudits estiment que le récit doit plus à l'imagination de Baratheon qu'aux faits. Mais quant aux événements qui ont conclu cette période, la majorité des experts s'accordent:

Puis vint le temps du mal. Personne ne saura jamais ce qui a provoqué le grand désastre; les pouvoirs des Anciens étaient si éloignés de notre maigre compréhension que les raisons de leur erreur, si erreur il y eut, ne seront jamais connues. Mais en un seul jour d'horreur, le monde changea définitivement.
Dans le nord lointain, les Anciens avaient utilisé leurs pouvoirs mystérieux pour bâtir un grand portail. C'est par là que leurs puissants vaisseaux célestes arrivaient dans notre monde, après avoir bravé le vide du Chaos qui sépare les étoiles. Sans aucun avertissement, ce portail s'effondra. Peut-être que les mécanismes antiques qui le maintenaient avaient cédé ou qu'une puissante créature venue du vide avait forcé le passage malgré les protections des Anciens, La cause reste un mystère; seuls les résultats sont connus. Le portail se dilata et un rayonnement noir se déversa sur le nord. Les hordes du Chaos pénétrèrent dans un monde paisible qui n'était pas préparé à une telle horreur. Des énergies terrifiantes jaillirent et déformèrent tout ce qu'elles touchaient. Dans le sillage de cette marée de changement, de nouvelles races maléfiques apparurent. Des démons se mirent à parcourir la terre, rassemblant des armées et massacrant tout sur leur passage. Une période de ténèbres s'était abattue sur le monde, et ceux qui survivaient enviaient les morts.
Nul ne sait ce qu'il advint des Anciens. Les elfes hauts se replièrent dans leurs forteresses, décidés à opposer une ultime résistance aux forces du Chaos. Ce fut alors que le roi-héros Aenarion s'empara de l'Épée de Khaine et livra des batailles dont les récits figurent encore dans les chants de notre peuple. Lui et ses armées combattirent pendant de longues années. Il semblait parfois que les serviteurs du Chaos étaient repoussés, mais ils revenaient toujours et en plus grand nombre. Le pouvoir distordant du Chaos continuer de se déverser sur la terre, et les vierges donnaient naissance à des monstres et à d'immondes abominations dans les lieux sombres du monde. La magie scintillait sur les sommets de l'île d'Ulthuan, focus naturel des plus grands pouvoirs de la sorcellerie.
Finalement, l'ami et compagnon d'armes d'Aenarion, Caledor Dompteur de Dragon conçut un plan désespéré pour mettre un terme à l'horreur. Ayant étudié la magie au pied des Anciens dans la paix de l'Âge d'Or, il en savait plus que tout autre sur la nature de l'énergie qui se déversait par le portail. Aenarion était persuadé que son plan était voué à l'échec, et il interdit plusieurs fois qu'il soit appliqué. Mais la situation ne cessa d'empirer jusqu'à ce qu'il semble certain que le Chaos allait tout conquérir. Après avoir réuni les plus grands mages d'Ulthuan, Caledor entama un puissant rituel sur l'île des Morts, au cœur même du royaume elfe. Il voulait ouvrir un portail dans la réalité et renvoyer les puissances du Chaos vers leur propre domaine, les chasser d'un monde qui pourrait alors redevenir lui-même.
Les forces du Chaos comprirent ce qui était en train de se passer dès le début du rituel. Les Quatre Puissances - Khorne, Slaanesh, Nurgle et Tzeentch - se réconcilièrent pour riposter ensemble et préserver leur domination. Les forces des elfes hauts se replièrent vers l'île des Morts afin de protéger les mages des armées maléfiques qui les assiégeaient. Les dragons de bataille d'Ulthuan assombrissaient le ciel, tandis qu'en mer les navires elfes affrontaient des monstres immenses dans les eaux bouillonnantes.
Alors que le vortex commençait à se former, les nuages s'assombrirent, un vent immonde souffla du nord et des éclairs marbrèrent le ciel. Les forces d'Aenarion luttaient férocement contre de gigantesques démons, et les mages poursuivaient leurs incantations désespérées. Le plus faible s'effondra bientôt, le cerveau calciné, la chair arrachée à ses os par la puissance des forces qu'il tentait de contrôler. Mais les autres continuaient de chanter, car ils savaient que s'ils arrêtaient, le rituel échouerait et le monde serait soumis au Chaos. Dans le même temps, Aenarion livrait sa dernière bataille, l'épée de Khaine couverte du sang et des tripes des démons.
Lentement le pouvoir du puissant enchantement se construisait. Des éclairs jaillissaient au sommet des montagnes, tous dirigés vers l'île des Morts. Les nuages s'engouffraient dans une sombre tornade palpitante qui absorbait dragons et démons. La terre tremblait; au sein de la bataille, la magie crépitait sur les armures et les armes; l'air devenait si épais qu'il était difficile de respirer.
Le sort fut enfin achevé. Les quelques survivants de ce jour terrible ont décrit un immense éclair aveuglant, comme si l'île des Morts avait disparu dans une grande tempête d'énergies magiques. Caledor et ses mages avaient fait de leur mieux, mais ils étaient trop peu nombreux. Le rituel n'avait que partiellement réussi. Un vortex s'était ouvert pour aspirer l'énergie magique qui polluait le monde, mais les mages se trouvèrent emprisonnés à l'intérieur, revivant éternellement les derniers instants de cette terrible bataille.
Mais l'énergie du Chaos était aspirée de la terre et les démons commencèrent à tomber, privés du pouvoir magique dont ils avaient besoin pour survivre. Les derniers guerriers elfes, couverts de sang, épuisés, entourés par les cadavres de leurs compagnons d'armes, commencèrent à lancer des cris de joie - mais leur liesse fut de courte durée. L'île des Morts était l'épicentre d'immenses raz-de-marée. De gigantesques murs d'eau balayèrent les fiers vaisseaux elfes et détruisirent forêts et colonies tout autour d'Ulthuan. Ceux qui en eurent le temps s'enfuir, mais pour beaucoup il fut impossible d'échapper au déferlement des eaux.
Il fallut de longues années pour que la civilisation des elfes hauts se remette de ce désastre. Le pouvoir du Chaos fut réduit par le grand vortex qui aspirait la magie hors du monde, mais il ne fut pas anéanti et l'immense corruption qui avait ravagé le monde perdura. Confinées aux terres du Chaos sous l'énergie vacillante du portail nord, les hordes maléfiques continuent de se déverser sur le monde sans avertissement, déterminés à tout conquérir. Nous devons rester éternellement sur nos gardes.

La description que Baratheon fit de la création du grand vortex est particulièrement vivante et détaillée, mais elle diffère de celle des autres érudits. Certains affirment que les Anciens possédaient deux portails interdimensionnels, un au Pôle Nord, et l'autre au Pôle Sud. Parmi ceux-là, quelques-uns affirment que le portail du sud a dû également s'effondrer. Dans ce cas, le Chaos pourrait rassem¬bler ses forces de ce côté-là comme il le fait au nord. De très rares explorateurs se sont montrés assez téméraires pour se rendre dans les Terres du Sud, et aucun n'est revenu. Certains voyageurs prétendent que les elfes hauts possèdent une citadelle, la Forteresse de l'Aube, à l'extrémité la plus méridionale des terres du sud; au-delà, personne ne sait rien.
Quant aux Anciens, il ne reste d'eux que des souvenirs et un mythe. Plusieurs historiens du Vieux Monde affirment que l'on peut encore trouver les ruines de leur civilisation dans les régions inconnues du monde. Des explorateurs ont même affirmé avoir découvert les Anciens en personne. Mais d'après leurs récits, il ne s'agissait que de descendants dégénérés de cette antique race supérieure, vivant à peine mieux que des animaux dans les jungles de la lointaine Lustrie, au milieu des cités en ruine de leurs puissants ancêtres. D'autres avancent toutefois une théorie dif¬férente - un empire de reptiles garderait les derniers représentants de cette civilisation déchue. Les gens croient ce qu'ils veulent, mais qui peut dire quel étrange et écrasant savoir, quelles mystérieuses machines recèlent encore les lieux cachés et dangereux du monde.

La Montée de la Magie
Pendant que les elfes hauts combattaient les forces du Chaos à Ulthuan, la situation dans le Vieux Monde était effectivement dramatique pour les humains et les nains. Ignorant tout de ce qui s'était produit dans le nord lointain, ils ne pouvaient être qu'horrifiés de voir leurs enfants naître déformés et hideux, tandis qu'eux-mêmes se transformaient en mutants et en hommes-bêtes immondes sous l'influence corruptrice du Chaos. D'étranges créatures apparaissaient dans les forêts du Vieux Monde et commençaient à chasser les peuples primitifs. De petits groupes de chasseurs humains furent contraints de se réunir dans des habitats fortifiés pour se protéger de la menace des chimères, griffons, manticores et autres monstres.
Seuls les humains possédant une résistance naturelle au Chaos survécurent à ces premières années, et même ceux-là furent affectés. Quelques-uns s'aperçurent qu'ils parvenaient à manipuler les étranges énergies nouvelles qui s'agitaient autour d'eux, car le pouvoir déformant du Chaos contient aussi le pouvoir de la magie. C'est ainsi que les premiers magiciens, sans trop comprendre ce qu'ils faisaient, commencèrent à pratiquer leur art. L'invention des rituels et des sortilèges leur donnait un moyen de contrôle sur leur monde, un contrôle que leur enviaient ceux qui n'avaient pas ce pouvoir. Mais beaucoup disparurent : ne comprenant pas la relation qui existait entre magie et Chaos, ils furent corrompus, devinrent nécromants et démonistes ou se tournèrent vers l'adoration des immondes dieux du Chaos.
Pendant ce temps, les nains étaient menacés de toutes parts. Ceux qui le purent se réfugièrent sous terre pour éviter le cataclysme qui suivit l'effondrement des portails interdimensionnels. Quand ils revinrent à la surface, ils trouvèrent une terre lacérée et déformée. Ils sortirent tristement leurs armes et entreprirent de reconquérir leur héritage.
Ils n'échappèrent pas tous à la marque du Chaos. Un groupe installé à l'est perdit contact avec ses voisins occidentaux. La corruption les a dévorés il y a bien longtemps, et maintenant, sur les Terres Sombres au-delà des Montagnes du Bout du Monde, les sorciers nains du Chaos dirigent un vaste empire d'esclaves orques et gobelins depuis la tour maléfique de Zharr-Naggrund. Les peuples du Vieux Monde les ont oubliés depuis longtemps, mais leur pouvoir ne cesse de grandir et ils pourraient décider un jour de revenir sur les terres occidentales de leurs ancêtres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Magie, histoire de la ....   Lun 24 Oct à 12:22

L'Emergence de la Sorcellerie
C'est au cours des années qui suivirent les incursions du Chaos que les humains progressèrent le plus dans la compréhension de la magie. Les races anciennes avaient déjà acquis une maîtrise considérable sur cette force mystérieuse - il ne leur restait plus grand-chose à apprendre. Les humains ne faisaient alors aucune distinction entre sorcellerie et pouvoir divin. De telles capacités étaient considérées généralement comme un cadeau de la Déesse Mère. Mais les praticiens séculiers de ces arts se firent progressivement plus nombreux.
La plupart improvisaient du mieux qu'ils pouvaient, apprenant à force d'essais et d'erreurs, un peu comme le font les sorciers des taillis de nos jours. D'autres commencèrent à se regrouper pour tenter de comprendre les principes qui contrôlaient la magie. Une équipe en particulier, influencée par la discipline émergeante de l'Alchimie, partit du principe que la magie devait être (comme tout le reste) composée des mêmes briques qui formaient le monde, ou peut-être d'équivalents plus purs et plus énergétiques. Avec le temps, ce credo devint l'Élémentalisme.
Tous les développements n'allaient pas forcément dans le bon sens. Les humains progressaient à tâtons et il était inévitable de voir les faibles et les avides se servir de ce nouveau pouvoir pour satisfaire leurs propres ambitions. Quand certains cherchaient à améliorer la vie, d'autres voulaient contrôler la mort. Quand certains se réjouissaient de charmer les esprits des plantes et de l'air, d'autres se tournaient vers les ténèbres et découvraient, tapies dans les ombres, d'étranges entités cruelles et avisées. Lentement, leur nombre grandissait. Lentement, leur savoir se répandait et augmentait. Lentement, la nécromancie et la démonologie s'ajoutèrent au répertoire des disciplines magiques.

L'Héritage des Elfes Hauts
Pendant les 7000 ans qui suivirent la chute des Anciens, il y eut beaucoup de contacts entre les elfes hauts d'Ulthuan et le Vieux Monde. Il circule encore de nombreuses histoires sur les grandes guerres qui ont opposé les elfes et les nains, mais cela n'a guère d'intérêt pour un spécialiste de la magie. Les elfes hauts avaient appris à manipuler les énergies qui s'écoulaient par le portail interdimensionnel du nord, même si certains furent corrompus et se mirent à adorer les Dieux Noirs. Des elfes noirs de Naggaroth, on ne sait pas grand-chose dans le Vieux Monde en dehors des rumeurs qui prétendent que les elfes hauts d'Ulthuan leur livrent sans répit une guerre impitoyable. Parmi tous les peuples connus dans le Vieux Monde, les elfes hauts sont ceux qui possèdent les plus grandes capacités à manipuler la magie. Quand les humains tâtonnaient encore dans la magie mineure et que naissaient les nations que nous connaissons aujourd'hui, les elfes d'Ulthuan maîtrisaient déjà un puissant ensemble de connaissances mystérieuses qu'ils utilisaient contre leurs ennemis chaotiques.
C'est pourquoi aux jours les plus sombres de l'Empire, durant la grande Incursion du Chaos de 2302 CI, Magnus le Pieu demanda aux elfes hauts leur aide magique. De nombreux sorciers - des gens qu'aujourd'hui on classerait parmi les élémentalistes et les sorciers des taillis - avaient répondu à son appel mais, devant les forces du Chaos qui s'avançaient vers le sud à travers Kislev et hurlaient aux frontières de l'Empire, leurs pouvoirs magiques étaient trop faibles et trop facilement corrompus pour être d'un grand secours.
Magnus envoya son ami Pieter Lazlo en émissaire auprès des elfes pour les supplier de venir à l'aide. Lazlo prit la mer sur l'Espoir de Sigmar à Marienburg avec un équipage trié sur le volet, sans savoir comment il serait accueilli. Dès qu'il quitta le port, le bateau fut assailli par les périls: le temps, perturbé par l'activité croissante du portail interdimensionnel, n'avait jamais été aussi mauvais, et le capitaine du port de Marienburg les supplia de ne pas partir, craignant de les voir couler avant même d'avoir atteint la mer. Les tempêtes se succédèrent pendant la traversée de la Mer des Griffes et l'entrée dans la Mer du Chaos. À ce moment-là, une vague aussi haute que les murs d'Altdorf brisa leur mât principal et le bateau dériva très loin de sa route tandis que les hommes s'acharnaient à le réparer. Une semaine plus tard, ils furent attaqués par un vaisseau de guerre des elfes noirs, et ce fut une nouvelle tempête qui sauva l'expédition de la destruction en séparant les deux navires. La présence des elfes noirs si près d'Ulthuan laissait présager que tout n'allait pas pour le mieux dans la terre natale des elfes hauts.
Ce fut un bateau pitoyable et ravagé qui entra enfin dans le port de Lothern, son équipage épuisé par le manque de nourriture, les blessures et le scorbut. Le spectacle qui les attendait ne fit rien pour améliorer leur moral. Quand ils passèrent devant le grand phare de la Tour Scintillante, l'imposante structure blanche était noircie par la fumée et la plupart de ses mille lampes étaient brisées. Les Détroits de Lothern étaient envahis par les épaves flottantes des vaisseaux de guerre et les cadavres des marins noyés. Le pilote qui monta à bord pour les guider à travers les imposantes Portes fortifiées d'Émeraude parla d'un grand siège. Pendant des jours, les forces des elfes noirs, aidées par des démons du Chaos, avaient donné l'assaut aux murailles de la puissante cité portuaire. Les grands héros elfes Tyrion et Teclis étaient enfin revenus des champs de bataille du nord d'Ulthuan pour briser le siège et renvoyer l'ennemi à Naggaroth. Mais de nombreux elfes noirs profanaient encore le royaume des elfes hauts, et il semblait improbable que celui-ci sacrifie une partie de ses forces pour secourir l'Empire.
En entendant ces nouvelles, le cœur de Lazlo se remplit de désespoir. Quand le bateau accosta aux imposants quais de Lothern, les armées elfes se rassemblaient déjà pour marcher sur le nord. Ce fut par hasard que le Grand Sorcier Teclis repéra le groupe d'humains mal en point, alors qu'il discutait stratégie avec son frère guerrier Tyrion et le Roi Phœnix, Finubar. Quittant ses compagnons, il alla discuter avec ces rares voyageurs venus du Vieux Monde et ce qu'il apprit sur la situation de l'Empire le remplit d'horreur. Il réalisa rapidement que si les armées humaines étaient vaincues, d'autres forces du Chaos viendraient soutenir les elfes noirs, et Ulthuan n'aurait plus aucune chance. Il alla aussitôt s'entretenir avec le Roi Phœnix, mais le souverain d'Ulthuan refusa catégoriquement d'envoyer des forces dans le Vieux Monde. C'est ainsi que Teclis, avec deux compagnons sorciers, prit la mer sur son propre bateau pour aller sauver l'Empire.
En terre humaine, la situation avait empiré. Les forces impériales continuaient de résister, mais par leur seul nombre, les forces du Chaos les épuisaient inexorable¬ment. Avec ses compagnons Yrtle et Finreir, Teclis parcourut les armées de Magnus, rassemblant tous ceux qui manifestaient le moindre talent magique, et leur enseigna des sorts qu'ils pouvaient utiliser dans la bataille. Sans aucune commune mesure avec les sorts de Magie Haute, ils étaient cependant tellement plus puissants que ce que parvenaient à produire les meilleurs sorciers humains - des élémentalistes et des sorciers généralistes qui, en termes d'aujourd'hui, ne faisaient guère mieux que de la magie mineure - qu'ils en paraissaient presque miraculeux.
Une longue guerre s'ensuivit, et lentement, grâce à cette nouvelle "magie de bataille", les forces humaines commencèrent à prendre le dessus. Les trois sorciers elfes ne tardèrent pas à se joindre à la lutte et soulevèrent l'admiration des troupes qui combattaient à leurs côtés. Yrtle y laissa la vie et fut inhumé en grande pompe à Altdorf, où des sorciers respectueux viennent encore de nos jours se recueillir sur sa magnifique tombe.
Le récit de la victoire finale de Magnus sur les armées du Chaos est l'objet de nombreux chants et histoires, et n'a pas besoin d'être répété ici. Mais ce fut après cette grande guerre que Teclis apporta sa plus grande contribution à l'histoire du Vieux Monde. Magnus demanda au sorcier elfe haut de prolonger son séjour et d'enseigner plus amplement la sagesse de la magie aux humains. Finreir était contre cette idée; il rappela à Teclis que les elfes et les humains s'étaient opposés dans le passé et que cela pourrait se reproduire. Il était donc stupide de donner à cette race inférieure une arme qui pourrait ensuite se retourner contre Ulthuan. Mais Teclis était d'accord avec Magnus: en donnant la magie à l'humanité, il faisait d'elle un rempart contre le Chaos, et les elfes pourraient ainsi compter sur un allié de valeur dans les siècles à venir.
Teclis proposa la création d'une série de collèges, où les humains pourraient apprendre à servir l'Empire par la magie. Il avait noté cependant avec quelle facilité les humains pouvaient être corrompus par le Chaos et il glissa des mesures de protection dans son enseignement. Teclis décrivit comme suit la vraie nature de la magie.
Quand l'énergie du Chaos se déverse par le portail interdimensionnel, c'est dans sa forme la plus pure et la plus puissante, l'immonde flot corrupteur appelé magie Noire. Tandis qu'il tourbillonne dans le sud, il se divise en plusieurs composantes, un peu comme la lumière blanche peut se fragmenter pour donner les couleurs de l'arc-en-ciel. Seuls les puissants sorciers elfes hauts parviennent à voir toutes ces "couleurs" de magie; les humains, à l'esprit plus jeune et aux sens moins développés, sont incapables de comprendre plus d'une couleur, une couleur qui dépend uniquement de la nature du sorcier.
En divisant l'enseignement de la magie en huit disciplines séparées, et en fondant huit collèges indépendants, chacun concentrant ses études sur une seule des couleurs, Teclis espérait que les mages dont l'Empire avait besoin pour lutter contre le Chaos pourraient donner toute leur mesure tout en étant protégés de la puissante influence corruptrice de la magie Noire.
Guidés par les enseignements de Teclis et sous le patrona¬ge de Magnus le Pieu, les grands Collèges Impériaux de Magie de Bataille furent créés à Altdorf. Les autres cités conservent toujours leurs praticiens et collèges généralistes ou spécialisés dans des disciplines que Teclis n'avait pas fondées - sous la surveillance toujours accrue des autorités impériales - et les sorciers des taillis continuent de pratiquer la magie mineure dans les régions rurales. Néanmoins, les premiers sorciers de l'Empire, ceux qui inspirent le plus confiance en ces jours sombres et qui sont le plus respectés pour leur sagesse et le terrible pouvoir qu'ils détiennent, sont ceux qui ont étudié dans un des huit Collèges Impériaux, ou "Collèges de Couleur", à Altdorf.
Quant à Teclis, il rentra à Ulthuan après vingt ans d'absence pour poursuivre ses études. Les elfes hauts vivent très longtemps, et l'on raconte qu'il quitte parfois sa Tour Blanche dans les îles elfes pour revenir incognito dans le Vieux Monde; il arpenterait la terre des hommes, pour les faire profiter de sa sagesse et les aider dans leur combat incessant contre le Chaos.

Informations tirées des "Royaumes de la sorcellerie"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
 
Magie, histoire de la ....
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand
» L''histoire de la baguette Rhon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
une encyclopédie sur le jdr warhammer :: Appendice des choses magiques et divine :: M-N-
Sauter vers: