une encyclopédie sur le jdr warhammer

ce forum regroupe toutes informations sur le jdr de warhammer, que ce soit de l'officiel ou pas, du personnel ou pas. Ce site n'a rien d'officiel et ne pourra remplacer en aucuns cas les livres de bases WJRF.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Nuln et sa politique.

Aller en bas 
AuteurMessage
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Nuln et sa politique.   Ven 21 Oct à 8:21

Introduction

Depuis le décès, suite à un duel à Altdorf, de Leos von Liebowitz l’Implacable, la Comtesse Emmanuelle von Liebowitz étant sa seule parente vivante, les nobles familles de Nuln guettent, tels des faucons, un signe indiquant qui elle a choisi pour lui succéder.
Aujourd’hui la Comtesse a « accidentellement » laissé échapper qu’elle projetait de se marier puis de céder sa charge d’électrice impériale de Nuln à l’une des familles de la noblesse de la cité. La famille qui, selon les paroles de la Comtesse, « offrira le plus à la cité. »
En d’autres termes, il s’agit de la famille qui démontre la plus grande mainmise sur la cité.
La course à la charge d’Electeur est donc ouvertement lancée et les Trois Familles impliquées ne s’arrêteront que quand plus rien ne fera obstacle à ce que la ville soit leur.
Il n’a cependant échappé à personne que la Comtesse s’est astucieusement assurée que les dernières années de son règne soient paisibles en se prémunissant ainsi contre ceux qui veulent sa place, en les occupant à comploter les uns contre les autres plutôt que contre elle. Il se peut aussi que « qui offre le plus à la cité » soit compris comme qui lui offre le plus gros pot-de-vin.

Les arènes du pouvoir

Pour acquérir du pouvoir, les familles doivent avoir de l’influence dans les endroits où l’on contrôle la ville. Que leur influence soit due à une idéologie partagée, à de la corruption, à la loyauté ou à l’intimidation n’entre pas en ligne de compte. L’influence de la famille est la seule chose importante.

Le Conseil des Marchands
Le Conseil des Marchands de Nuln est vital au bon fonctionnement de la cité. Peu savent vraiment comment fonctionne le Conseil, qui y siège et quels sont ses pouvoirs, mais cela est d'importance pour les Trois Familles.
Le Conseil des Marchands est en charge de la collecte de l’ensemble des taxes de Nuln. Il doit fixer et collecter les taxes d’entrée sur toutes les marchandises entrant dans la cité. De la même façon qu’il contrôle la politique économique, le Conseil des Marchands supervise aussi toutes les affaires judiciaires n’impliquant pas de nobles. Enfin, mais ce n’est pas la moindre des choses, le Conseil est responsable de l’attribution du budget militaire ce qui inclut la solde de la troupe.
Cela peut apparaître comme un pouvoir limité. Après tout, la Comtesse conserve le contrôle de la politique étrangère, la mainmise sur la trésorerie de la cité, le commandement du Guet, de la Garde des Portes et de l’armée. Le Conseil n’a aucun pouvoir pour donner le moindre ordre à quelque soldat de l’armée de Nuln. Le pouvoir du Conseil est entièrement en sous-main. Bien qu’il ne puisse donner aucun ordre aux armées, il peut, tranquillement et en privé, suggérer, si un officier ne veut pas se montrer arrangeant, qu’il pourrait se retrouver noyé sous de la paperasse ou interpréter un ordre dans un sens qui l’arrange. De la même façon, les marchands apprennent rapidement que coopérer avec le Conseil est une bonne idée s’ils ne veulent pas subir constamment les tracasseries des inspecteurs des impôts ou voir leurs cargaisons fouillées chaque fois qu’elles entrent ou sortent de la cité.
Considérant cela, deux questions viennent spontanément : comment les choses en sont-elles arrivées là et pourquoi le Conseil ne dirige-t-il pas la cité ?
La réponse a la première question est que telle est la volonté de la Comtesse. Horrifiée par la révolution marienbourgeoise, Nuln a décidé de prévenir la contamination en accédant à certains griefs des marchands. Le Conseil des Marchands est alors créé pour faire participer les marchands aux choix concernant l’avenir de la cité et calmer les tensions, mais tout en assurant la mainmise des nobles sur la ville (d’où le fait que la plupart des membres du Conseil sont des nobles.)
Plutôt que de s’engager dans une guerre froide avec les marchands de la cité et risquer une révolution, elle a acheté leur soutien en donnant au Conseil des Marchands juste assez de prérogatives pour répondre à leurs demandes et les contenter. Elle s’est aussi déchargée sur eux de toutes les tâches bureaucratiques ennuyeuses inhérentes à la bonne marche de la cité qu’elle déteste aussi.
Une autre raison pour laquelle le Conseil des Marchands ne contrôle pas la cité est que celui-ci n’est pas une entité monolithique nommée Conseil des marchands, mais neuf personnes ayant des emplois du temps différents.
Le fait que chaque décision du Conseil doive être prise à la majorité qualifiée des deux tiers signifie que chacune est un compromis négocié à l’extérieur par les différentes factions. Cela fait que le Conseil est particulièrement lent à prendre une décision et à la rendre effective. (Ce n’est bien sûr pas le but qui était recherché, mais alors pas du tout...)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Nuln et sa politique.   Ven 21 Oct à 8:21

Le Conseil des Marchands a dix sièges dont un de libre. Ceux-ci sont actuellement détenus par :
Jürgen Badendorf, Président du Conseil. C’est un petit nobliau mis en place comme représentant du compromis. (Le Comte Corleone-von Sigmar l’a acheté en lui promettant la restitution de ses terres ancestrales.)
Le Juge Winter, représentant du système judiciaire de Nuln. (Une rumeur persistante affirme que le Juge à des problèmes de jeu mais personne ne peut dire où il joue. Beaucoup voudraient le savoir, ce qui révèlerait aussi qui manipule le bon juge.)
Ernst Grolsh, représentant des intérêts marchands des Grolsh.
Heimmler & Gustav Zeist, représentant des intérêts marchands des Zeit. (Ce qui contrarie fort Gustav est que son père soutient souvent Ernst Grolsh. Même si cela peut aller contre les intérêts des Zeit.)
Astontillius, Maître de la Guilde des Ménestrels et représentant des guildes mineures. (Astontillius est un Haut Elfe et beaucoup de musiciens de Nuln donneraient un œil pour savoir ce qu’il fait réellement à Nuln.)
Hans Schwartz, Archiviste du Conseil. (Schwartz est l’espion particulier du Conseil. Il est mort mais personne ne s’en est encore rendu compte car il s’absente souvent, en mission pour le Conseil. Gustav l’a fait assassiner hors de Nuln, alors qu’il était appointé par Werner von Sigmar.)
Walter Yorrick, représentant des petits commerçants. (Walter est le Grand Prêtre de Ranald et le lien du Conseil avec la pègre de Nuln.)
Deacon Knutz, représentant de l’Eglise de Véréna. (Certains croient que le bon Deacon est en fait un représentant du culte chaotique de la Lame Voilée. Utilisant cette croyance erronée, ils pourraient essayer de discréditer le seul honnête homme du Conseil.)
Un siège est libre. (Ce siège libre est source de nombreux conflits entre les différentes factions qui essayent toutes d’y placer un homme à elle. Jusqu’alors aucune n’est assez influente pour y parvenir et le siège reste vide.)

La Guilde d’Assurance
Personne ne peut complètement saisir la politique à Nuln sans comprendre le rôle que joue la Guilde d’Assurance dans la cité.

La Guilde d’Assurance possède un petit et discret bureau dans l’Hôtel des Guildes où ses affaires se traitent tranquillement dans une ambiance policée. Peut être est-on surpris qu’il se vende ici de véritables assurances, mais c’est uniquement avec un état d’esprit très vicieux bien nulnois.
Pour être assuré, vous devez bailler à la guilde une somme de votre choix (mais pas moins de 100 couronnes d’or) tous les six mois. Alors si à l’avenir quelqu’un vous veut du mal, il se rend dans le bureau de la guilde et lui remet une somme, toujours en toute discrétion. Si cette somme dépasse de dix fois « l’assurance » de la cible, celle-ci est tuée. Sinon, ils gardent l’argent et ne font rien.
Inutile de préciser que tout le monde paie une « assurance » et que la guilde encaisse des sommes honteuses pour ne pratiquement jamais agir.
Ce chantage rencontre du succès pour de nombreuses raisons. La première est qu’il y a un autre avantage à être « assuré ». Si vous êtes assassiné dans la cité par quelqu’un d’autre qu’eux, ils pourchasseront et tueront non seulement le ou les assassins, mais aussi le ou les commanditaires quels qu’ils soient, dans la mesure du possible bien sur, mais la Guilde d'Assurances est tres forte a ce jeu. (Evidemment cela rend les assassins de Nuln très impopulaires auprès de leurs confrères et cela peut déboucher sur un conflit entre assassins.)
Il y a deux autres raisons pour que cette Guilde d’Assurance opère si ouvertement. L’une est qu’on raconte qu’ils payent des pots-de-vin prodigieux à des gens de qualité. L’autre est que les nobles de Nuln apprécient ce système coûteux mais qui assure (calembour volontaire) que votre repos nocturne sera paisible. Cela signifie que les nobles peuvent se rendre dans les quartiers les plus miteux de la cité sans courir le risque de se faire attaquer.
Cela veut aussi dire qu’il est quasiment impossible d’assassiner un rival politique et d’en profiter vraiment longtemps. La politique à Nuln doit donc se jouer avec plus de subtilité. Vous ne pouvez pas simplement embaucher quelques voyous pour assassiner vos adversaires, vous devez intriguer. Ainsi, les politiciens sont devenus les experts de la corruption, du chantage, des drogues et des non-dits.
Deux situations seulement peuvent permettre de tuer sans danger un individu « assuré ». L’une dans le cas où cela se passe en dehors de la ville, l’autre dans la situation de légitime défense (tuer quelqu’un en duel est considéré comme de la légitime défense par la Guilde).

La Guilde des Voleurs
A Nuln, même les voleurs des rues jouent un rôle dans la lutte pour le pouvoir. Un rôle très important en fait. Le contrôle de la Guilde des Voleurs représente un énorme potentiel de profit, mais plus que ça il signifie que chaque membre de la Guilde est votre oreille dans les sales affaires de la cité. Il ne faut pas oublier non plus les possibilités de chantage, de gros bras bon marché à votre service et le fait d’être capable de rendre tout un tas de « services » pour toutes sortes de personnes influentes.
Actuellement, la Guilde des Voleurs est divisée en trois factions, chacune en guerre avec les autres factions s'affrontant mutuellement. L’une est contrôlée par Gustav Zeit, l’autre par Werner von Sigmar et la dernière par un quidam seulement connu comme le « Grand Patron ». Toutefois, ni Gustav ni Werner ne sont directement impliqués, ils contrôlent leurs parties par l’entremise de seconds couteaux qui font le travail sur le terrain et gèrent les rackets au jour le jour. Exploitant l’impuissance de Werner à donner des ordres, Gustav a su placer sa faction dans une situation favorable, le contrôle total de la pègre ne semble plus n’être qu’une question de temps.

Le Guet
Le Guet de Nuln est divisé selon les zones patrouillées, le tout relevant du commandement du Capitaine de la Garde. Chaque zone possède sa propre organisation, ses officiers et ces petites habitudes. Chacune reçoit du Conseil des Marchands des fonds propres, ainsi les querelles pour le budget des différentes zones peuvent être très mauvaises.
Ces facteurs font que le Guet peut être très différent selon les zones, ce qui très déroutant pour un étranger à la cité. Par exemple, le Guet des nobles quartiers est de loin celui qui présente le mieux et dont les membres sont les plus courtois, mais comme seul un idiot aurait l’idée d’arrêter un gentilhomme, c’est aussi le plus inefficace et le moins brutal. Leur boulot consiste à faire cesser tout rififi qui surviendrait dans leur secteur.
Au contraire, le Guet des quais est aussi dur que l’acier, mais est aussi un syndicat du crime extorquant de l’argent aux contrebandiers et quelques fois montant ces propres trafics. Ils enregistrent plus que tous les autres secteurs un très grand nombre de « morts accidentelles en garde-à-vue », ce qui devrait suffire à vous persuader de ne pas tomber entre ses pattes.
Pendant longtemps, le Guet fut désorganisé, sans chef après la mort du précédent capitaine. L’actuel titulaire de la charge, Manfred Kesselring de Middenheim, a beaucoup de mal à le reprendre en main. Cet interlude a permis le développement de la guerre tripartite au sein de la Guilde des Voleurs.
Depuis quelques semaines, Manfred semble avoir repris le contrôle et le chaos s’éloigne. Bien que le Guet de Nuln soit toujours profondément divisé, il faut bien connaître la cité pour pouvoir le corrompre de quelque manière que ce soit ou se préparer à courir pour sauver sa peau.

L’armée
Nuln entretient une armée conséquente et très compétente. La cité maintient aussi plusieurs unités paramilitaires. Les forces sont :
- L’armée commandée par le Seigneur Steffan von Sigmar est efficace et très professionnelle. Von Sigmar est un chef très populaire, mais beaucoup de ces soldats savent que leur solde vient du Conseil des Marchands.
- Les Templiers Croisés sont sous le commandement de Steffan von Sigmar. Ils constituent l’ordre chevaleresque d’élite de Nuln dont seuls les chevaliers les plus valeureux de la cité peuvent faire partie. Bien que commandé par Steffan, le combattant le plus redoutable est Ralph qui est aussi le chef templier des Chevaliers du Soleil Ardent.
- La Garde des Portes est dirigée par Joseph Praelberg. La Garde des Portes patrouille les murs de la ville et bien qu’officiellement elle soit une unité combattante, elle n’a pas pris part à une action militaire depuis des lustres. Ses membres agissent selon la coutume comme collecteurs d’impôts et contrôlent les voyageurs entrant et sortant de Nuln.
Praelberg est incompétent et corrompu et la Garde des Portes, malgré les apparences, est dirigée par son adjoint, Ulrica von Hexen.
- Les patrouilleurs ruraux sont dirigés par Theo Front de Lumière. Les patrouilleurs ruraux sillonnent les routes autour de Nuln et en temps de guerre servent d’éclaireurs pour l’armée. Theo Front de Lumière est un demi-elfe qui passe autant de temps que possible sur les chemins avec ses hommes. Il évite consciencieusement tous les méandres politiques et est évidemment très populaire auprès de ceux-ci. Comme il a de bons résultats, personne ne peut envisager le remplacer.
- De la même façon, chaque maison noble entretient sa propre garde personnelle dont la taille et la qualité dépendent des ressources de la famille.
- L’Eglise de Sigmar maintient une force composée de soldats et de templiers sous le commandement de Dieter Kaslen.
- L’Eglise de Myrmidia possède le petit groupe des chevaliers du Soleil Ardent et leurs écuyers qui sont menés par le célèbre templier Ralph le Fer.

La Comtesse
C’est la Comtesse qui prendra la décision quant à son successeur, aussi n’est-il pas étonnant que nombre de familles passe beaucoup de temps à essayer de gagner ses faveurs. La tactique semble varier selon les familles. Les Grolsch paraissent courtiser les ambassadeurs de l’entourage des Electeurs qu’ils pressent à plaider pour eux auprès de la Comtesse. Le fabuleux réseau d’espionnage de Gustav Zeit lui fournit des informations de premier ordre et diverses faveurs louches. Les von Sigmar semblent heureux que le Comte Corleone ait attiré le regard de la Comtesse.
Tandis que ces tactiques s’emploient à la séduire, tous sont sûr que la Comtesse est trop fine politique pour choisir son successeur seulement suivant ses sentiments. Mais, afin de ne rien négliger, les familles continuent à travailler à son plaisir et à discréditer leurs rivaux à ces yeux.

L’opinion publique
Malgré les désirs de certaines familles, les gens du commun ne peuvent être ignorés. Ceux sont eux qui payent les taxes qui alimentent l’Electeur, eux qui se battent dans les armées pour défendre l’Electeur et eux qui, s’ils sont maltraités, se révolteront contre l’Electeur. La masse populaire a un rôle dans la course au pouvoir et son soutien est une composante vitale du socle de pouvoir sur lequel s’appuient les familles.
Ainsi, les Trois Familles considèrent leurs relations publiques avec la même importance qu’un politicien moderne. Là encore les approches des familles sont divergentes. Les Zeit financent des soupes populaires et d’autres projets en faveurs des pauvres. Les Grolsch investissent dans le développement du commerce et la création d’emploi dans les domaines qu’ils contrôlent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Nuln et sa politique.   Ven 21 Oct à 8:21

Les von Sigmar emploient des Ménestrels pour chanter les histoires de leurs ancêtres héroïques.

Les familles mineures
Nuln abrite de nombreuses petites familles nobles dont le pouvoir est variable des von Kliest, qui pourraient presque rentrer dans le cercle des Trois Familles, au Brackenberg qui doivent régulièrement vendre des morceaux de leur domaine familial pour continuer d’exister. Ces familles constituent encore de précieux réservoirs d’argent, d’influence et (si on devait en arriver là) de soldats. Ces ressources sont convoitées par chacune des trois grandes familles en compétition.
Presque toutes ces familles secondaires se sont attachées à l’une des trois grandes dans l’espoir que leur protecteur, devenant un jour Electeur Impérial, sera reconnaissant. De fait, les relations entre les nobles de Nuln sont un enchevêtrement inextricable, à rendre fou, de mariages, d’arrangements et de traités.
Les cinq familles les plus puissantes sont :
Les von Kliest, une famille archi-conservatrice, soutenant avec ferveur les von Sigmar. L’héritier désigné est Johann von Kliest qui s'est attiré beaucoup d’attentions du fait qu’il soit l’un des combattants les plus courageux et les plus compétents de la cité.
Les Oldenhaller sont une famille de fervents solkanites que la corruption de Nuln écœure et qui cherchent un candidat capable de nettoyer cette cité pervertie.
Les von Speer, une famille marchande qui vient juste d’acquérir son titre de noblesse, désirent désespérément être noble à part entière. Ils soutiennent les Zeit mais aimeraient être reconnus par la quintessence de la noblesse de Nuln, les von Sigmar.
Les Brackenberg sont une famille avec un long et glorieux passé mais aujourd’hui désespérément sans le sou. Ils sont courtisés par les Grolsch qui leur offrent l’argent, dont ils ont un besoin pressant, en échange de leur appui.
Les von Hexen, bien qu’ils soient une famille de poètes romantiques, ont des membres occupant des postes importants. Ulrica von Hexen est la chef adjointe de la Garde des Portes et Roland von Hexen est un élément très populaire des Chevaliers Croisés. Les von Hexen se tiennent en dehors de toute affiliation politique.

LES TROIS FAMILLES

LES VON SIGMAR

Idéologie
L’idéologie des von Sigmar peut se résumer en un mot : Tradition.
Les von Sigmar sont persuadés qu’ils doivent être les maîtres, du fait du droit divin de la noblesse à diriger les ordres inférieurs. Il en a toujours été ainsi et cela doit le rester à jamais. Comme les Dieux eux-même l’ont ordonnés.
Bien entendu comme les von Sigmar peuvent retracer leur lignée jusqu’à Sigmar lui-même, ils se considèrent comme les plus aptes à gouverner. (Naturellement dans les chroniques du règne de Sigmar, qui sont en très mauvais état, il est impossible de prouver cette allégation, mais personne ne tenant à la vie ne dira cela en présence d’un von Sigmar.)
Les von Sigmar sont une noblesse de la vieille école qui est persuadée que la valeur d’un gentilhomme s’étalonne à l’aune de la hauteur de son arbre généalogique et non pas de la fortune de la famille. Devoir, honneur et courage sont leurs mots d’ordre et, pour leur donner de la consistance, ils vivent et meurent dans leur respect.
Les von Sigmar sont extrêmement suspicieux envers la noblesse qui a trempé dans le commerce (ce n’est le genre de choses dont doit s’occuper un gentilhomme). Cependant, bien que ces nobles nouveaux-riches aient acheté leurs titres pour s’extirper de leur condition d’homme d’affaires, ils doivent quand même être traités comme tels.
Les von Sigmar sont fermement contre tout changement dans l’Empire, en particulier ceux qui donnent de plus larges pouvoirs à la classe marchante. De leur point de vue, l’Empire est parfait et toute discussion à ce sujet ne sert que de couverture à une révolution comme à Marienburg. Ils savent bien comment traiter ce problème (la caresse de l’épée).

Zones de pouvoir
Naturellement les von Sigmar sont la famille choisie par la vieille noblesse. Ils ont, en particulier, le soutien fanatique de la puissante famille von Kliest, qui est, même selon les critères des von Sigmar, très vieux jeu.
Ils ont aussi le support de l’armée, ce qui n’est pas surprenant du fait que Steffan von Sigmar en est le commandant en chef.
Ils ont aussi le soutien de l’Eglise de Sigmar. En effet, cette dernière bien qu’elle soit supposée rester en dehors de la politique, manifeste ses encouragements verbalement et occasionnellement lors de sermons adressés au peuple.
Il peut être surprenant de voir que les von Sigmar sont très populaires auprès du bas peuple. C’est essentiellement dû à une longue tradition héroïque au service de la cité. C’est aussi en partie à cause des manières d’un autre temps du comte Corleone - von Sigmar dont le style et les actes trouvent grâce aux yeux du peuple.

Zones de faiblesse
Bien sûr les von Sigmar sont les plus faibles au sein du Conseil des Marchands. En fait, la plupart des von Sigmar n’a aucune idée ce qui s’y fait vraiment. De son côté le Conseil des Marchands ne les informe pas complètement. Comme les von Sigmar attendent la destruction du pouvoir du Conseil des Marchands, ceux-ci ne sont pas leurs plus fervents admirateurs.

Acteurs
« Ce que je pense du Herr Steffan comme homme ? Je ne pense pas à lui comme à un homme, plus comme une force de la nature. »
Baron de Sade, gentilhomme bretonnien en visite.
Herr Steffan von Sigmar
(Noble 1, Chevalier errant, Noble 2, Capitaine mercenaire, Noble 3)
C’est le patriarche de la famille von Sigmar. Herr von Sigmar est un ours fait homme, avec une très forte personnalité et une joie de vivre contagieuse. Bien qu’il soit un morceau de diamant brut préférant la boisson au chant et le combat à la poésie, il considère l’étiquette en vigueur à Nuln trop précieuse.
Même ses ennemis les plus acharnés ont un fond de sympathie pour Herr von Sigmar. C’est peut être dû au fait que dans une ville aussi hypocrite que Nuln, être un honnête homme détonne. S’il vous apprécie, Herr von Sigmar vous le montrera par son rire cordial et avec une bonne claque dans le dos capable d’étendre un bœuf. Sinon, il vous crachera son antipathie à la face, ce qui peut vous amener au champ d’honneur si vous lui montrez votre désapprobation. En effet, il remportera probablement le duel car bien qu’il ait dépassé la soixantaine, il demeure un excellent combattant. Mais si vous lui procurez une bonne bagarre, il changera probablement d’avis à votre sujet.
Herr von Sigmar inspire une grande estime à ses amis et une fidélité à toute épreuve à ses vassaux. Malheureusement, l’homme est dépourvu de toute subtilité, ce qui est un singulier inconvénient à Nuln. Pour ce genre de chose, il compte sur son gendre, le Comte Corleone - von Sigmar et sur son deuxième fils, Werner.
Herr von Sigmar est célèbre dans Nuln pour ses chasses. Certaines cités exigent d’un écuyer qu’il tue un sanglier à la dague ou qu’il rapporte la tête d’un homme-bête avant d’être fait chevalier. A Nuln, survivre à une chasse de Herr von Sigmar est suffisant.
L’épouse du Herr von Sigmar est morte depuis cinq ans. Il ne s’est pas remarié depuis.

Steffan von Sigmar
(Noble 1, Chevalier errant, Noble 2)
Steffan est le fils aîné de Herr von Sigmar et ils partagent bien plus que leur nom. Steffan est exactement ce que l’on peut attendre d’un fils élevé par Herr von Sigmar. Cela signifie qu’il est comme son père en plus jeune, partageant ses vues sur les marchands, la noblesse et concernant la direction de Nuln et à qui elle doit être confiée.
Steffan a hérité de la vigueur de son père, de son charisme, de sa force, et malheureusement de son intelligence. Il est potentiellement plus dangereux que Herr von Sigmar car les années ont un peu ramolli le patriarche tandis que Steffan est dans la force de l’âge, impulsif et débordant d’énergie. A cela s’ajoute l’ambition d’inscrire son nom dans les livres d’histoire, ce qui peut le conduire à se lancer dans des entreprises véritablement terrifiantes.
Steffan est le commandant d’un ordre de chevaliers de Nuln, les Chevaliers Croisés.

« Werner pourrait vendre son père pour une malheureuse couronne. »
« Non il ne le pourrait pas. Il ne vendrait jamais son père pour un sou de moins que sa vraie valeur. »
Conversation surprise dans une taverne de Nuln.

Werner von Sigmar
(Noble 1, Racoleur, Charlatan, Racketteur)
C’est une source intarissable de surprise, pour ceux qui connaissent la famille von Sigmar, que Werner soit le fils de Herr von Sigmar. En effet, c’est un objet de profond embarras tant pour sa famille que pour leurs relations.
Werner est couard là où son père est brave, traître où son père est loyal, cruel où son père est compatissant et aussi subtil que son père est frustre.
Alors que le père méprise le fils pour sa duplicité, sa lâcheté ou son manque d’aptitude martiale, Werner dédaigne le manque d’intelligence de son père et son absence de sophistication. Bien entendu, chacun préfère éviter l’autre autant que possible et chaque rencontre entre les deux hommes est inévitablement tendue. Les sarcasmes dont Werner couvre son père et son aîné enveniment l’affaire.
Malgré cela, Werner et son père doivent collaborer. En effet, Herr Sigmar reconnaît, à contrecœur, l’intelligence de son fils et sa compréhension des choses politiques de la cité. De son côté, Werner se rend compte que sa meilleure chance de détenir un véritable pouvoir passe par sa famille.
Ce que ne sait pas son père, c’est que Werner contrôle l’une des trois factions régnant sur la pègre de Nuln. Malheureusement, son ivrognerie devient incontrôlable ce qui lui fait perdre rapidement pied au profit de Gustav Zeit.

Comte Jacob Corleone-von Sigmar
(Ménestrel, Noble 1, Duelliste, Chevalier errant, Noble 2)
Demandez qui sont les nobles les plus romantiques de Nuln et il vous sera raconté l’histoire du Comte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Nuln et sa politique.   Ven 21 Oct à 8:22

Corleone et de Dame Isolde von Sigmar, l’une des plus belles romances contemporaines. Comment un gentilhomme elfe sylvain, enchanté par la beauté d’Isolde, est tombé amoureux et a quitté son peuple pour vivre avec son amour humain.
Bien sûr, c’est du flan. Jacob Corleone (ou pour l’appeler par son véritable nom, Jaehrim Corleith) était juste un elfe vagabondant quand il a décidé, par caprice, de s’auto-anoblir. Aidé par son charme naturel et par l’ignorance des humains s’agissant des elfes, il y a admirablement réussi. Ce qui n’était au départ qu’une lubie est devenu sérieux lorsqu’il a découvert une chose inconnue de son peuple : la Politique.
Jacob, appelé Jake par le peuple, se piqua rapidement à ce merveilleux jeu et s’y découvrit bientôt quelques talents. Très vite, une altercation avec les Zeit piqua l’attention des von Sigmar. Herr von Sigmar fut charmé et Jake put se marier et entrer dans cette famille pour prendre part au plus grand jeu du monde. Werner ne fut pas abusé une seconde, mais il lui reconnut un esprit plus vif que la moyenne de la famille. De plus, Jake est quelqu’un en bons termes avec son beau-père et son beau-frère aîné, aussi il peut leur indiquer la bonne façon de penser. Une alliance, doublée d’une profonde méfiance, s’est ainsi forgée entre les deux.
En plus, et certainement du fait de son intelligence, Jake est probablement le plus populaire des von Sigmar. Son charme aide à influencer les autres gentilshommes. Il se dit que cela est particulièrement vrai pour la Comtesse. Ces exploits concernant la destruction du culte de Tzeentch de la cité lui ont gagné l’admiration populaire.

Dame Hedwig von Sigmar
(Noble 1, Racoleur, Charlatan)
La plus jeune des filles de Herr von Sigmar, Hedwig, est presque aussi belle que sa sœur aînée Isolde (bien qu’elle ait des cheveux et des yeux aussi sombres que ceux de sa sœur sont clairs). Elle est aussi l’une des dames les plus en vue de la cour de Nuln.
Hedwig est un pilier de la vie courtisane de Nuln. Aucune réception n’est vraiment réussie si elle ne l’honore pas de sa présence. Dans toute autre ville, Hedwig serait évitée pour son comportement scandaleux. A Nuln, elle est perçue comme une libertine très à la mode. C’est qui une coquette incorrigible et taquine qui n’aime cependant pas du tout les plaisanteries à son encontre. Beaucoup de ceux qui la connaissent sont déchirés entre la volonté de l’étrangler et l’adoration.
Hedwig est aussi un des principaux protagonistes de la Cuillère d’Argent, un culte slaaneshi populaire parmi les jeunes nobles.
Elle est aussi belle à se damner, merveilleusement charmante, qu’elle a une positon déviante par rapport au dogme familial. Ayant décidé que les von Sigmar ne remporteraient pas la course à l’Electorat, elle a déjà passé un accord avec Gustav Zeit. Ces derniers mois, elle a saupoudré le vin de son frère Werner d‘un poison responsable de sa dépendance. Alors que Werner boit de plus en plus, son emprise sur la pègre s’amenuise au profit de Gustav. Les dégâts lents du poison plonge Werner dans l’alcoolisme, mais cela ne doit pas le tuer tant que dure son « assurance ». Si Gustav devait remporter la mise avant le décès de Werner, Hedwig cesserait de l’empoisonner, c’est tout de même son frère. En échange de son aide, Gustav l’épousera s’il est nommé Electeur.

Dame Isolde Corleone-von Sigmar
(Noble 1)
Dépeinte comme la plus jolie femme de l’Empire, bien que la Comtesse soit vraiment plus belle, Isolde est une beauté nordique avec des cheveux d’or et d’étincelants yeux bleus. Malheureusement, dire de vous que vous êtes la plus belle femme du monde a les conséquences que l’on attend, plus particulièrement sur une von Sigmar.
Isolde est aussi célèbre pour son tempérament et son arrogance que pour sa beauté. En vérité, son père désespérait de lui trouver un époux qui accepte son ton acerbe et caustique. Le fait que non seulement Corleone le supporte, mais semble sincèrement épris, scella la décision de Herr von Sigmar de les marier avant que le prétendant ne quitte la cité.
Le mariage a légèrement adouci Isolde, mais il arrive encore que les domestiques soient mis au pas sur un ton mordant pour des peccadilles. Les gentilshommes qui simplement lui déplaisent ont le droit à un regard froid à fendre un roc et à la menace d’un duel à mort avec son mari.

Kurt von Sigmar
(Noble 1, Eclaireur, Chevalier errant)
Kurt est un vaillant chevalier, dans la plus pure tradition de la famille von Sigmar. Brave, vaillant, modeste et héroïque, il est constamment en quête dans la cité de sombres créatures à détruire ou d’innocents à sauver.
Il fait cela aussi parce qu’il ne comprend pas vraiment les gens. Il n’aime pas la cité et déteste les affaires sociales. Kurt est bien plus heureux seul dans la nature avec son destrier à rechercher un ennemi.
Bien qu’il ignore tout de la politique de la cité et qu’il ne s’en soucie pas, le bon aspect et le côté héroïque de Kurt accroissent la réputation des von Sigmar comme défenseurs privilégiés de Nuln.

Sigmund von Sigmar
(Noble 1, Erudit)
Sigmund est un petit homme zélé, bégueule, pompeux, malpoli et, d’une façon générale, détestable.
Il est conférencier spécialiste en histoire à l’université de Nuln, une position arrangée par son père pour le garder loin de ses pattes. Ces conférences ennuient souvent ses pauvres estudiants par l’étalage de son « vaste » savoir.
Sa place lui permet de siéger au Conseil de l’université où il s’efforce de faire supprimer les bourses pour les estudiants plus pauvres mises en place par son prédécesseur.
Il est marié à Ulrica von Kliest, ce dont personne ne peut se rappeler, son épouse n’en parlant jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Nuln et sa politique.   Ven 21 Oct à 8:23

LES GROLSCH

Idéologie
Les Grolsch sont une famille marchande ayant acheté son titre de noblesse il y a à peine dix ans. Inutile de dire que pour les plus anciennes familles ce ne sont que des parvenus. Leur absence de sang bleu et d’ascendance noble fait qu’ils ne sont dignes d’aucun respect. Cela convient au Grolsch car, s’ils parviennent à leur but, ceux qui ont ce sang bleu vont décorer les murs de la cité avant longtemps.
Les Grolsh voient les nobles comme les restes démodés d’un mode de vie dépassé et mourrant. La classe marchande incarne l’avenir et elle doit écarter les familles nobles qui restent en travers de leur chemin. Les Grolsch croient fortement à la fin des anciens pouvoirs et privilèges de la noblesse et à une réorganisation de l’Empire vers plus de modernité et d’efficacité. Marienburg a montré la voie, ils ont l’intention que Nuln la suive, peu importe qui tombera au bord du chemin.

Zones de pouvoir
Naturellement les Grolsch ont une grande emprise, mais pas un contrôle total, sur le Conseil des Marchands. Ils sont aussi très populaires parmi les autres familles marchandes de Nuln. Ils disposent d’une fortune indécente pour acheter faveurs et soutiens.
Cela sans parler de leur alliance secrète avec les von Kuypers, la plus puissante des familles marchandes dirigeant Marienbourg.

Zones de faiblesse
Du fait qu’ils sont détestés par la plus grande partie de la noblesse, ils n’ont aucune influence sur les forces militaires et civiles qui ne dépendent pas du Conseil des Marchands.
L’image publique des Grolsch est celle d’une famille de marchands cupides n’ayant rien à voir avec le flamboiement et l’héroïsme dont le peuple raffole. Ainsi, ont-ils l’image la plus mauvaise des trois familles.

Les acteurs
« Si les von Sigmar l’emporte, il y aura une guerre civile dans quelques années, si ce sont les Grolsch, ce sera dans quelques mois. »
Un soutien anonyme des Zeit

Ernst Grolsch
(Noble 1, Marchand, Noble 2, Espion, Noble 3)
Ernst Grolsch pourrait être un chef parfait. Il est intelligent, énergique, ambitieux et imaginatif. Malheureusement, il ruine ses qualités par une absence totale de charisme. Peut-être est-ce à cause d’une trop longue immersion dans les livres comptables et les soucis liées aux affaires qu’il est devenu aussi sec que de la poussière, dans le meilleur des cas.
Personne ne travaille pour Ernst Grolsch par sympathie ou loyauté, mais par peur ou cupidité. Ainsi, dans la logique des choses, rien ne pousse ses partisans à en faire plus pour lui et rien ne leur garantit que, si les choses tournent mal, il ne les abandonnera pas. Il est notoire que pour Ernst ce n’est pas un problème. Après tout quoi d’autre que la peur et la cupidité motiverait les gens à travailler pour lui ? Ernest est toutefois un homme intelligent et un organisateur né. Toute sa campagne pour devenir Electeur s’est déroulée avec succès. La loyauté de ses partisans n’aura pas à être éprouvé parce que tout se passera comme prévu. Cela peut apparaître d’une incroyable vanité, mais Ernst est simplement réaliste.
Ernst est marié à Eva Brandt, une dame de la petite noblesse qu’il a épousé pour obtenir son titre (et parce que les Brandt endettés cherchaient des fonds). Elle le soutient loyalement et lui a donné un héritier, Hugo, mais c’est un mariage sans amour. Ils ne passent que peu de temps ensemble.
Malgré leur rivalité familiale, Ernst Grolsch et Hiemmler Zeit s’entendent très bien. Cependant, Ernst méprise Gustav, sentiment s’accompagnant d’un désir de vengeance.

Hugo Grolsch
(Noble 1, Chevalier errant, Noble 2)
Hugo est un taureau fait homme. Sa force naturelle et sa vigueur ont amené son père à lui ordonner de s’engager dans les Chevaliers Croisés. Ceci, entre autre, pour s’assurer que la famille ait quelqu’un dans l’armée de Nuln et que les forces personnelles des Grolsch aient un commandant en qui son père puisse avoir confiance. Hugo est un guerrier né qui n’a eu aucun mal pour remplir les conditions d’entrée. Plutôt taciturne, il n’est pas le plus populaire des Chevaliers Croisés, mais ses camarades respectent son courage sans faille et son inébranlable détermination. Il est, en général, au mieux avec l’ensemble des autres Chevaliers Croisés.
Du fait de son appartenance aux Chevaliers Croisés et parce qu’il est né gentilhomme, Hugo est plus respecté des autres gentilshommes que son père. Grâce à ça, et parce qu’il se mélange à ses pairs dans son ordre, Hugo a bien moins d’aversion pour la noblesse que son père. Pour dire vrai, Hugo est bien moins convaincu que son père que la révolution est le meilleur moyen d’arriver au pouvoir. Oui les choses
Cdoivent changer, mais en douceur sans qu’il y ait besoin de détruire ou de prendre des vies.
Quelques soient ses opinions personnelles, Hugo est loyal envers son père et le suivra dans ses plans. Cependant, le jour où il deviendra chef de famille, les choses risquent d’être un peu différentes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Nuln et sa politique.   Ven 21 Oct à 8:24

Bernard Grolsch
(Noble 1, Erudit, Marchand)
Le plus jeune membre de la famille Grolsch n’est que rarement présent à Nuln. Bien qu’il soit officiellement basé à Altdorf où il doit coordonner les projets commerciaux de sa famille en dehors de Nuln, il est en réalité à Marienburg. Là-bas il coordonne les affaires des Grolsch, mais le plus important est qu’il est un agent de liaison entre son père et les von Kuypers.
Malheureusement, Bernard a hérité de la personnalité terne de son père et comme son frère manque cruellement d’imagination. Lorsqu’il s’agit de chiffres il est très à l’aise, pouvant passer beaucoup de temps à vérifier les livres de compte et cherchant toutes les façons de contourner les lois fiscales.

LES ZEIT

Idéologie
Les Zeit constituent une famille noble avec une lignée assez longue, mais sans ancêtre remarquable. A défaut d’avoir l’histoire des von Sigmar, ils ont accepté d’évoluer avec leur temps. Les Zeit sont très impliqués dans de nombreux projets commerciaux. En effet, ils dirigent aujourd’hui l’une des compagnies marchandes les plus importantes de Nuln.
Dans tous les cas, les Zeit sont les candidats du compromis. Ils reconnaissent que le monde change, mais ils font tout pour que ces évolutions soient graduelles et aussi paisibles que possible.
Les partisans des Zeit sont des modérés des deux camps. Les nobles se projetant dans l’avenir, ainsi que les marchands qui ne veulent pas de rupture brutale et un minimum de perturbations pour l’Empire, soutiennent cette famille. Mis à part le désir que Nuln soit gouverné efficacement et paisiblement et que ce soit eux les maîtres du jeu, les Zeit ne défendent aucune autre idéologie.

Zones de pouvoir
Les Zeit ont le soutien de plusieurs familles de la petite noblesse ayant un peu d’influence sur le Conseil des Marchands.
Gustav Zeit contrôle l’une des trois factions luttant pour la mainmise sur la pègre nulnoise. Sa faction est rapidement devenue prééminent grâce à la défaillance de Werner von Sigmar qui lui a permis d’absorber une partie des hommes de son concurrent et des activités de chantage.
Gustav a aussi conclu une alliance avec le capitaine du guet, Manfred Kesselring. Manfred a décidé d’en finir avec le chaos engendré par cette guerre des voleurs. Pour ce faire, il s’est allié avec Gustav afin que celui-ci contrôle toute la pègre ce qui mettra un terme au conflit. Homme d’affaire chevronné, Gustav a convaincu Manfred qu’il peut diriger toute la pègre de la ville avec un minimum de dérangements pour la cité. Il se peut même fort qu’il en soit capable.
En jouant sur sa rivalité avec l’armée, Zeit a aussi fait basculer dans son camp le commandant de la Garde des Portes de Nuln.

Zones de faiblesse
Le contrôle des Zeit sur le Conseil des Marchands est bien moindre que celui des Grolsch, qui souvent déjouent leurs plans. De même, ils n’ont pas d’influence sur l’armée de Nuln.
Bien qu’ils puissent retracer leur histoire familiale depuis un lointain passé, celle-ci n’est pas comparable avec celle bien plus glorieuse des von Sigmar. Aussi s’ils sont mieux considérés que les Grolsch (étant moins impitoyables dans leur quête de profits), leur image publique est celle d’une gentille famille qui n’éveille guère la passion des foules.

Les acteurs
« Où est Gustav ? A-t-il été enlevé ? »
« Je vois qu’il est avec un assassin et un voleur. »
« Est-ce que cela veut dire qu’il a été enlevé ou qu’il est avec des amis ? »
Conversation entre le garde du corps de Gustav Zeit et un devin.

Gustav Zeit
(Noble 1, Marchand, Noble 2, Charlatan, Racketteur, Sorcier 1)
Gustav n’est pas à la tête des Zeit, mais chacun sait qu’il est l’éminence grise se cachant derrière la montée du pouvoir de la famille. De l’esprit, Gustav en a en abondance, ainsi que du charme, de l’humour et un caractère bien trempé nécessaire pour réussir dans le jeu politique de Nuln et, au-delà, l’alimenter. Personne mieux que Gustav ne peut vous menacer tout en gardant un sourire jovial et un air avenant. Gustav est l’illustration vivant du vieux proverbe « la sincérité est la clef, dès que tu peux la falsifier tout t’es permis. »
Certains se demandent s’il y a de vrais sentiments derrière cet éclatant sourire, même si la réalité des émotions n’est pas nécessaire pour l’exercice du pouvoir. Avec son apparence, son charme, son intelligence et son caractère totalement inflexible, Gustav ferait un jour le parfait Electeur.

Heimler Zeit
( Noble 1, Marchand, Noble 2, Noble 3)
Père de Gustav et chef nominal de la famille Zeit, Heimmler est un cinquantenaire distingué. Heimmler a dirigé la famille Zeit de nombreuses années sans prendre de risques mais avec poigne. La famille a prospéré sous sa férule.
Cependant, bien qu’il soit un bon père de famille et un homme d’affaire compétent, Heimmler n’a pas l’esprit retors et le caractère impitoyable nécessaires pour réussir dans l’arène politique de Nuln. Par conséquent, il continue officiellement de diriger la famille, mais il a laissé son fils prendre en charge leur ambitions politiques. Heimmler est inquiet parce que Gustav entraîne la famille vers la pègre. En particulier il n’est pas dupe du fait que Gustav se serve de ses contacts pour prendre sa place.
Père aimant, mari attentionné et patron généreux avec ses employés, peut-être que Heimmler tout simplement trop bon pour réussir dans la politique.
Heimmler est heureusement marié avec Margaret Brackenberg, qu’il adore. Les insultes ou les menaces à l’encontre de son épouse sont pratiquement les seules choses qui peuvent réveiller cet homme tranquille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Nuln et sa politique.   Ven 21 Oct à 8:24

Katrina Zeit
(Noble 1, Raconteur)
C’est véritablement désespérant que des personnes naissent avec le mauvais sexe. Si Katrina était né mâle, elle et Gustav dirigeraient Nuln aujourd’hui. Elle est née femme dans un milieu qui considère que l’éducation féminine consiste simplement à savoir tirer l’aiguille sans émettre d’opinion politique.
Brimée par la société, mais loyale envers sa famille et ambitieuse pour son frère, Katrina a perfectionné ses atouts pour aider sa famille. Sa présence séduisante aux réceptions de la Comtesse attire de riches prétendants vers sa famille dans l’espoir d’un mariage et d’une alliance. Katrina exacerbe et contrôle, avec talent, la rivalité entre plusieurs d’entre eux. Chacun essayant de surpasser l’autre en étant agréable aux Zeit et en essayant d’impressionner la belle.
Elle est capable de lancer des rumeurs et des insinuations bien choisies pouvant ruiner la réputation des familles qui s’opposent aux Zeit. Des amis de Gustav l’ont aidé à créer des situations permettant de briser des réputations ou d’obliger les victimes à être dans de bons termes avec la famille Zeit. Au moins un malheureux a déjà accepté un verre de Katrina et s’est réveillé dans un étrange lit avec un Gustav suffisant au-dessus de sa tête.
Katrina a un dégoût particulier pour le Comte Corleone von Sigmar qui a, cependant, toujours esquivé ses pièges. A suivre…

Wilhemina Zeit
(Noble 1)
La plus jeune représentante de la famille Zeit est une fragile jeune fille de seize ans. D’une santé fragile, elle passe la plupart de son temps en fauteuil roulant et est constamment en proie à de mauvaises quintes de toux.
Piégée dans son fauteuil roulant et ne sortant jamais à cause de sa petite santé, Wilhemina passe sa vie immergée dans les histoires classiques de romance. C’est une jeune fille tranquille et désespérément seule qui rêve d’un héros qui la remettra sur pied et l’emmènera loin.
Wilhemina est très consciente que sa santé fait d’elle un bien piètre parti. Mais dans le fond de son cœur elle croit au chevalier blanc qui volera à son secours.

Les seconds couteaux

Heinz von Spiel
La tradition est très importante pour les nobles familles impériales. Une longue généalogie est source de fierté et de prestige. Bien que certaines familles peuvent attester d’ancêtres vieux de plusieurs siècles comme les von Sigmar ou les von Kliest, il est largement établi que la famille la plus ancienne de Nuln est celle des von Spiel. Par l’enfer, Heinz von Spiel seul a plus de sept siècles. C’est dû à sa condition de vampire.
Cela ne signifie pas que son château soit entouré de hordes de morts-vivants ou que des brouillards étranges et de violentes tempêtes l’environnent, pas plus que du sang frais d’humain ne coule dans les douves. Les von Spiel n’ont jamais souhaité faire les choses aussi brutalement que ça. Ils ont vécu dans le même château des siècles durant sans jamais attirer d’indésirables attentions. Pour la grande majorité de la population de Nuln, c’est une vieille, noble et respectable famille, quoique recluse. Cette attitude est en partie adoptée parce qu’une partie de la famille est encore vivante et souhaite prolonger la lignée.
Bien que les von Spiel soient des vampires, c’est un fait ignoré à Nuln. Tous ont été vus dans la lumière du jour, à l’exception de Heinz qui est sans aucun doute un vampire. Beaucoup ont décidé de ne pas enquêter plus avant sur les von Spiel pour ne pas les offenser. Ceux qui poussent leurs investigations sont fermement découragés et finissent par disparaître s’ils persévèrent.
Leur méthode d’alimentation est aussi étrange. Nuln ne semble pas enregistrer plus de disparitions que les autres provinces de l’Empire. Aucun cadavre exsangue n’a jamais été retrouvé. Ainsi, aussi longtemps que les von Spiel resteront discrets, nombreux sont ceux qui ne voudront réellement pas savoir.
Beaucoup d’acteurs du jeu politique de Nuln sont au fait du secret des von Spiel, mais aucun ne veut vraiment affronter une famille de vampires centenaires. Pour leur part, les von Spiel ont été discrètement approchés par chacune des trois familles qui leur ont remis une belle somme d’argent (exactement la même à chaque fois) en échange de la promesse formelle de ne prendre parti pour aucun des concurrents dans la course électorale.
Ils n’ont aucun intérêt pour la politique, ils souhaitent simplement être tranquilles, désir que chacune des trois familles concurrentes respecte avec plaisir.
La nomination de Mort a la tete de l'Eglise de Morr a tout remis en question. Enfin, il y a quelqu’un à Nuln d’assez fou et de suffisamment puissant pour s’en prendre au von Spiel. Des siècles de coexistence pacifique tombent à l’eau. Les von Spiel se sont engagés dans une guerre brutale, quoique secrète, pour sauver leurs vies.
Les von Spiel sont très désespérés et ce désespoir met fin à leur subtilité passée. Nul ne sait ce qu’ils peuvent faire pour survivre, mais il est certain que les jours où les von Spiel se contentaient d’observer Nuln sont révolus.

Mort
(Clerc 1, Clerc 2, Clerc 3, Démoniste 1, Clerc 4)

« La foi de Mort est un mur de glace lisse sur lequel rien, surtout la raison et la compromission, n’a de prise. »
Archi-lecteur Karl, de l’Eglise de Sigmar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Nuln et sa politique.   Ven 21 Oct à 8:25

Jusqu’à la venue de Mort, l’Eglise de Mórr avait totalement ignoré les von Spiel. Ce petit clergé dans une cité très sigmarite n’avait jamais osé défier une aussi puissante et influente famille. Cela jusqu’à ce que Mort devienne Grand Prêtre.
Personne ne sait bien si Mort est fou ou simplement totalement convaincu de sa propre droiture. Son habitude de répondre à la plupart des questions par : « ne vous inquiétez pas de ça. » n’offre pas beaucoup d’opportunités d’en savoir plus sur lui. C’est qui est sûr, c’est que lorsqu’il est décidé à agir, rien ni personne ne peut l’arrêter.
Mort ne semble pas se soucier des conséquences. Dans une cité où le compromis et les arrangements sont rois, cela fait de lui un homme incroyablement dangereux.
Un exemple édifiant résume le personnage. Ces actes l’ont amené il y a peu au bord de la guerre avec l’Eglise de Sigmar. Alors Mort a fait savoir que si un seul homme en arme pénétrait dans son temple, il invoquerait une telle puissance magique que non seulement lui, mais une bonne partie de la ville avec, périrait. Non seulement c’est effrayant, mais il est évident pour quiconque ayant entendu cette menace que non seulement il en aurait la puissance, mais qu'il le ferait sans hesiter.
La Guilde d’Assurance refuse l’éventualité d’une discussion d’un contrat sur Mort.

La Lame Voilée
La Lame Voilée est une secte de Tzeentch basée à Nuln, bien que son influence semble s’étendre partout dans l’Empire. Nul n’est bien sûr de la puissance exacte de ce culte qui n’a jamais vraiment utilisé sa force.
A l’heure actuelle, il semble se contenter d’agir comme un organe de désinformation au service des acteurs de la scène politique de Nuln. (Et oui, certains d’entre eux savent exactement avec qui ils font affaire, mais à Nuln, il ne faut pas essayer de remonter à la source de l’information si vous espérez survivre.)
Ce que projette exactement la secte demeure un mystère, on sait seulement qu’elle semble se contenter pour le moment d’amasser des informations et d’obtenir des faveurs sur la scène politique de la cité. La secte semble totalement neutre quant à la course électorale, traitant avec l’ensemble des partis, même si chacune des factions prend garde de n’avoir que des liens d’affaires avec le culte.
Le seul autre effet qu’a la secte à Nuln est d’assurer que tout autre culte de Tzeentch qui oserait essayer de s’installer à Nuln serait détruit immédiatement. Mais en général les cultistes ne se salissent pas les mains, ils vendent l’information aux intéressés (oui, c’est ainsi que le Comte Corleone von Sigmar, qui fut en mesure de détruire la secte, est encensé de toutes parts, grâce à elle).
Aussi étrange que cela paraisse, ils ne semblent avoir aucun problème avec d’autres cultes d’autres puissances chaotiques. Ils échangent même des informations et des faveurs avec la secte de Slaanesh de la Cuillère d’Argent. Peut-être que les mœurs de la cité dans le domaine des petits arrangements ont corrompu les puissances Chaotiques elles-même ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Nuln et sa politique.   Ven 21 Oct à 8:26

Les règles du jeu

Pour ceux qui cherchent à opérer à Nuln, plusieurs règles non écrites sont à respecter.

Ne faire confiance à personne. Cela peut paraître évident. Nous parlons de tractations avec des politiciens après tout. Il faut le répéter parce qu’à Nuln la plupart des choses sont connectées de façon dont vous ignorez probablement tout. Avec une telle complexité, les gens peuvent avoir des raisons de vous trahir que vous ne soupçonnez même pas, n’ayant souvent rien à voir avec l’objet de votre affaire en cours. C’est seulement en se méfiant constamment que l’on peut s’y préparer. La célèbre histoire du petit marchand menacé par des voyous anonymes qui, ayant demandé la protection de la garde des docks, s’est retrouvé en salle d’interrogatoire sert à démontrer que chaque individu de Nuln est une menace potentielle. Cette triste histoire doit servir de leçon.
Une autre raison de le répéter est qu’il faut que les acteurs aient toujours cela en tête, même s’ils traitent avec des gens dont ils sont sûrs ou qu’ils respectent. Ceci à cause de la règle numéro 2.

Il n’y a rien de personnel. Trahisons et intrigues étant devenues un mode de vie à Nuln, c’est une règle cardinale. Quoi que l’on fasse dans la quête du pouvoir, tout n’est qu’affaires, sans avoir aucune conséquence sur les sentiments des uns sur les autres. Certains peuvent essayer de vous faire chanter ou même vous tuer, quand vous les rencontrez dans une réception, vous devez être capable de rire avec eux.
Parce que cela est assimilé par tous, même les plus grands amis manœuvreront pour prendre chacun l’avantage sur l’autre. Ceux qui ne peuvent se plier à ça ont un énorme handicap. Si vous gardez des rancunes, vous ne pourrez conclure des affaires avec cette personne dans le futur. La politique évolue vite à Nuln, la personne qui a essayé de vous assassiner la semaine passée peut être votre meilleur ami cette semaine. Si vous lui en faites encore grief, comment pourrez-vous traiter avec elle ? Quiconque s’aliène ainsi d’éventuels alliés ne fera pas une longue carrière.
Ces rancunes remisées seront perçues comme un manque d’attitude « professionnelle » dans le monde politique. Cela ajoutera au peu d’envie des gens de traiter avec vous.

Rien n’est ce qu’il paraît être. Méfiez-vous des apparences. La plupart des habitants de Nuln ont au moins un secret. Vérifiez toujours le plus grand nombre de faits ou vous pourrez être le naïf qui est embauché pour le boulot « peinard » consistant à enlever un von Spiel ou à infiltrer le cercle restreint des amis de Hedwig von Sigmar.

Ne jamais oublier une faveur. Un système officieux de « faveurs » est en vigueur à Nuln. Dans un premier temps, les PJ devraient être surpris que de nombreuses personnes acceptent de les aider en échange d’une faveur, mais ils comprendront rapidement pourquoi. C’est l’un des piliers du bon fonctionnement de la cité et c’est très répandu.
Les faveurs sont-elles aussi négociables. Si vous consentez une faveur à Hugo Grolsch, vous pouvez vous retrouver à devoir un service aux von Spiel si Hugo l’échange avec eux. Il n’est pas rare que des faveurs soient mises aux enchères et cédées à votre pire ennemi.
Il n’y a aucune sanction pour qui n’honore pas une faveur, mais cela se saura vite et vous serez exclu du système sans chance d’y revenir.

L’information prime. Si vous ne pouvez prendre la mesure de ça, vous avez déjà perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Nuln et sa politique.   Ven 21 Oct à 8:27

Par Dave Perry
L’original est publié par Warpstone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nuln et sa politique.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nuln et sa politique.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
une encyclopédie sur le jdr warhammer :: Appendice historique, géographique et biographique :: M-N-
Sauter vers: