une encyclopédie sur le jdr warhammer

ce forum regroupe toutes informations sur le jdr de warhammer, que ce soit de l'officiel ou pas, du personnel ou pas. Ce site n'a rien d'officiel et ne pourra remplacer en aucuns cas les livres de bases WJRF.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Célébrités du chaos

Aller en bas 
AuteurMessage
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Célébrités du chaos   Ven 21 Oct à 7:08

Kaleb Daark, L'Ultime Champion De Malal
Il existe un nom chuchoté doucement et avec crainte même par les plus dépravé, les plus mauvais et les moins saints de tous les adorateurs du Chaos. Ce nom est Malal le dieu renégat du Chaos. Tout homme qui oserait regarder dans les pages noires du "Grand Livre du désespoir", un tome interdit tenu sacré par les adorateurs du Chaos, trouverait les mots suivants.

"… Et ce qui allait auparavant devant arrive maintenant dernier, et ce qui était blanc et noir et de toutes les directions furent jetés contre lui-même. Indigné par les mots des dieux, Malal tourna son cœur contre eux et s'enfuit dans les anti-chambres du Warp … Aucun homme ne regarda Malal, aucun ne sauva celui qu'ils servaient et lequel ils haïssaient, ils sourirent de leur infortune et ne portèrent aucun amour à la sauvegarde du damné. Un temps viendra ou de plus en plus de guerriers tourneront leur cœur vers Malal. Les dieux du Chaos le croient et le craignent et c'est pourquoi le rire du dieu exilé remplit le tombeau du Warp …"

Dans un lointain passé Malal fut exclut du panthéon des dieux Chaotique par les autres dieux ou les autres l'abandonnèrent dans sa propre volition, personne n'est certain de la réalité. En tout cas la relation de Malal avec les autres Dieux du Chaos est-on ne peut plus étrange. Tous les Dieux du Chaos poursuivent des buts qui leur sont propres, seul Malal occupe une position résolument parasite sur un credo insondable propre à lui seul. Etre un adepte du culte de Malal, c'est être un guerrier chaotique prêt à verser le sang d'autres créatures chaotiques. Aussi, Malal est à la fois craint et haït par les autres Dieux. Les adorateurs de Malal sont également détestés autant qu'ils détestent les autres adorateurs du chaos ; Ils sont des hors-la-loi non aimés de leur semblable et des ennemis du Chaos, dépendant de la moindre fantaisie de leur dieu. Peu d'hommes adorent un tel dieu ; peu vivent longtemps à son service. Les pactes qui lient Malal, le maître à ces serviteurs draine l'esprit des guerriers, et il est peu d'homme qui peuvent ce défère de tels pactes une fois signé.

Kaleb Daark est le plus grand parmi ses guerriers, les Damnés comme ils sont appelés chez les hommes. Tandis que les âmes des faibles serviteurs de Malal se dessèchent de longues années avant qu'ils ne gagnent un réel pouvoir, ceux qui servent Malal de façon dévoué et juste ceci seulement peuvent recevoir une puissance incommensurable. Kaleb Daark jouit des faveurs de ce dieu dément, sa soumission étant une force incroyable venant peut être de la vigueur de certains aspects sombres de sa personnalité et de certain événement perdu au plus profond avec son passé et de son subconscient. Personne n'oserait questionner un homme comme lui. De ces origines et de son affiliation au culte de Malal, personne ne peut faire plus que des suppositions. Malgré tout de sa puissance, de son courage indubitable et de ces armes maudites, tous connaissent les plus horribles détailles.

Archaon, seigneur de la fin des temps.
Le Chaos menace de submerger le monde depuis la chute des Anciens et l’effondrement de leur Portail des Étoiles, mais ses divinités capricieuses et changeantes ne parviennent que rarement à unir leurs forces dans ce but, préférant poursuivre leurs propres machinations dans l’espoir de dominer seules. Malgré cela, un champion mortel émerge parfois de la masse de ses semblables pour recevoir leur bénédiction unanime après des siècles d’un calme relatif. Il devient alors le Seigneur de la Fin des Temps, l’Élu derrière lequel s’unissent les dieux en lui accordant leurs faveurs. Chaque fois qu’un de ces grands meneurs a marché sur le monde, sa venue annonçait un nouveau déferlement massif de maladies, de famines et de destructions. La nature elle-même a sa présence en horreur, le sol se craquelle sous ses pieds et l’air se soulève en tourbillons fumants. Il est le Chaos incarné et l’annonciateur de l’Apocalypse.

En chacune des précédentes occasions où l’Élu apparut, un grand défenseur de la lumière se leva pour le renverser. Alors le sort du monde n’avait plus tenu qu’à la rencontre de leurs deux armées, et chaque fois les forces du Chaos furent anéanties à l’aube de leur victoire totale. Un nouvel Élu vient cependant d’être investi du pouvoir des Quatre. Depuis plus d’un siècle, le Seigneur Archaon parcourait les étendues du nord pour y prouver à tous sa valeur et se mettre en quête des attributs ayant appartenu à ses prédécesseurs, et pendant des années, il chercha l’ultime élément dont il avait besoin pour attirer enfin l’attention de tous les dieux. Malgré ses efforts incessants et la taille qu’avait finie par atteindre son armée, la Couronne de Domination continuait de lui échapper.

Ce fut alors que lui apparut Be’lakor l’Annonciateur, le messager du Chaos, un prince démon qui incarnait toute son essence et avait été son premier champion éternel. Une fois de plus, il était apparu de l’éther pour rechercher l’Élu et ce fut lui qui révéla à Archaon l’endroit maudit où reposait la Couronne de Domination. Sans presque rencontrer aucune opposition, Archaon fit pénétrer son armée en Kislev, puis la mena vers l’intérieur des Montagnes du Bord du Monde jusqu’au Premier Temple du Chaos, où il du affronter seul bêtes et démons avant d’y trouver ce qui devait le désigner comme Seigneur de la Fin des Temps.

Réalisant qu’Archaon avait survécu et que sa propre gloire ne devait pas encore être, Be’lakor fut forcé d’accomplir la cérémonie de couronnement qui conférerait au guerrier le statut de grand conquérant favori des dieux. Une gigantesque armée se rassemble aujourd’hui au nord tandis que l’Élu se prépare à tout balayer de la surface du monde sous une vague de sang, pour qu’enfin le Chaos y règne en maître absolu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Célébrités du chaos   Ven 21 Oct à 7:09

Arkhan le noir
Arkhan fut le premier et le plus fidèle serviteur de Nagash. Il grandit avec lui dans la ville antique de Khemri et fut le premier à partager avec Nagash l'élixir d'immortalité. C'était un puissant sorcier qui devint son bras droit et lui apporta son aide lors du coup d'état qui l'amena au pouvoir. Lorsque les Prêtres Rois formèrent une alliance contre Nagash, Arkhan lui servit de premier lieutenant et mena beaucoup de combats sans jamais être vaincu.
Mais les forces des Prêtres Rois se révélèrent trop nombreuses sur celles de Nagash qui furent contraintes de se replier à Khemri. Lorsque la ville tomba Arkhan mena l'attaque suicide qui permit à Nagash de s'enfuire. Après avoir la mort du dernier de ses gardes Arkhan lutta pendant une heure mais fini par mourir par le javelot d'un soldat anonyme. Il fut enterré au côté de ses victimes, ce fut le seul serviteur de Nagash ainsi honoré, les autres furent décapités puis brûlés et leurs cendres dispersées aux 4 vents. Pendant longtemps Arkhan reposa dans sa tombe oubliée de tous sauf de Nagash. Nagash construisit un royaume mort-vivant et vainquit les Prêtres Rois puis lança un sort immensément puissant qui réveilla tous les guerriers morts du royaume des Prêtres rois. Arkhan revint à la vie et ne disparu pas quand Nagash fut vaincu. Pour se venger de la mort de son maître il mena son armée à travers les royaumes d'Arabie et traça un sillon sanglant. Quand Nagash revint à la vie, Arkhan le rejoignit et redevint son bras droit ainsi que le plus compétent des serviteurs de Nagash.
source: white darf

Be'Lakor, maître des ténébres
Lorsque les vents de magie s’intensifient et que les portes des Royaumes du Chaos s’ouvrent, la menace des Démons devient vraiment palpable. Des légions de ces créatures surnaturelles sortent de leurs plans d’existence. L’écho de leurs prières impies, leurs hurlements et leurs cris de guerre suffisent à rendre fous de terreur les mortels.

Telle était la nature de l’armée menée par Be’lakor, le premier Prince Démon du Chaos, également appelé Maître des Ténèbres et vénéré depuis des siècles à travers le monde sous bien d’autres noms. Son orgueil le trahit et Tzeentch le condamna à des millénaires d’une existence erratique, au seuil de la folie. Alors que Be’lakor avait auparavant le privilège de mener les légions de ses maîtres à la bataille, il se retrouva relégué au rang de simple messager, forcé de couronner les champions mortels lui dérobant la place qui lui revenait de droit, le coeur noirci par la jalousie et l’humiliation.

Cette malédiction fut levée lors du couronnement d’Archaon et Be’lakor retrouva sa liberté. Il créa un portail pour invoquer ses anciennes armées, et dans une cacophonie de cris de triomphe et de sons de cors de guerre, les démons foulèrent à nouveau les terres. Suivant le sillage de l’armée d’Archaon, Be’lakor mena ses légions vers le sud et les royaumes des hommes.

Dans les steppes glacées au nord de Kislev, il retrouva le champ de bataille où Volkmar le Sévère avait affronté Archaon. Des cadavres congelés gisaient sur la plaine, à moitié dévorés par les charognards et la vermine. Au milieu de cette scène de désolation figée, il aperçut l’Autel de Guerre du Grand Théogoniste brisé, son icône jetée au sol et prise dans une gangue de terre gelée. Sur l’autel même gisait le corps de Volkmar, son visage affichant encore un rictus de douleur. Sa poitrine portait la trace d’une profonde blessure et les éclats du Griffon de Jade jonchaient le sol autour de lui.

Voyant là l’occasion d’affirmer sa supériorité sur Archaon, Be’lakor usa d’une antique magie et posa ses mains sur le corps du Grand Théogoniste. Des énergies magiques parcoururent le Prince Démon et enveloppèrent Volkmar, et dans un hurlement l’âme de ce dernier réintégra son corps.

La douleur se répandit dans ses membres lorsqu’il respira de nouveau, et il ouvrit les yeux. Sa foi en Sigmar vacilla quand il vit l’apparition démoniaque qui se dressait devant lui. Il sentait la puissance des énergies chaotiques courir dans ses membres, son coeur et son âme.

Be’lakor se saisit du Grand Théogoniste et le fit enchaînerà la grande bannière de sa légion, afin que tous puissent voir l’éternelle agonie du prêtre et trembler en apercevant son corps brisé. Archaon avait peut-être tué le chef spirituel de l’église sigmarite, mais Be’lakor avait quant à lui le pouvoir d’infliger des souffrances physiques et psychologiques sans fin à Volkmar. Il voulait le voir implorer et supplier pour ses erreurs et sa foi en son imposteur de dieu. Il ne devait déjà la vie qu’aux pouvoirs du Chaos, et il plaisait à Be’lakor de tourmenter le prêtre jusqu’à ce qu’il en perde la raison.

Sa bannière impie brandie au-devant de son armée, Be’lakor se dirige maintenant vers le sud, satisfait de cette vengeance prise sur son rival. Middenheim tombera, mais de son propre fait, pas de celui d’Archaon. Il redeviendra le véritable champion des dieux et gagnera à nouveau leurs faveurs, car telle est sa destinée depuis plus de trois mille ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Célébrités du chaos   Ven 21 Oct à 7:10

Engra Morte-Epée, Champion des Dieux,Tombeur de Praag
Engra Morte-Epée est l’un des plus célèbres généraux des Hordes du Chaos et son souvenir fait encore trembler
les plus courageux des hommes de la Mère Patrie.

Engra Morte-Epée naquit dans la tribu des Sarls en 1897. A cette époque, l’Ombre du Chaos atteignait des
régions qu’elle n’avait encore jamais touchées et la corruption du chaos se fit de plus en plus importante
dans toute la Norsca sauf peut-être dans les régions les plus montagneuses et les plus méridionales. Les guerres
entre les tribus nordiques rythmèrent sa vie et il devient le guerrier le plus redoutable de la tribu des
Sarls. Une vague du chaos fit s’affronter les Sarls à la Suite d’Alberich Hellblade, champion du Chaos universel.
Alors qu’il se battait contre Engra et que celui-ci prenait l’avantage, le champion du chaos articula
une phrase au sens énigmatique “Tu ne peux pas gagner. Si tu me terrasses, je deviendrai bien plus puissant
que tu ne peux l’imaginer”. Engra ne chercha pas à comprendre, voyant Alberich sans protection, il lui
trancha la tête. Il s’approcha alors du corps d’Alberich mais il ne trouva qu’une armure vide. Perplexe il prit
l’épée, c’est alors que des sentiments de colère, de plaisir, de vie et de mort des âmes de toutes les victimes
de l’arme le submergèrent. Au Nord, il vit alors un oeil unique flamboyant et prit la route, inexorablement
attiré par les rayons irradiants son corps. On n’entendit plus parler d’Engra pendant 66 ans. Quand
il revint parmi les siens, il ne fit aucune concession il tua le nouveau chef ainsi que sa garde personnelle et se
proclama Engra Morte-Epée, champion des Dieux et souverain des Sarls. Armé de la Lame des Milles
Enfers et de bien d’autres trésors portant le signe de la croix à huit branches, personne n’osa s’opposer à lui.
La puissance de sa suite augmenta au fil du temps jusqu’à l’été 2001, où allié aux autres forces du Chaos,
il dévasta le nord de l’Empire et de Kislev puis reparti vers les désolations nordiques comme guidé par une
voix surgie de nulle part.

A la fin de l’année 2302 du calendrier impérial, le siège de Praag qui durait depuis bientôt un an réunit de nombreux champions du Chaos : Arbaal l’Invincible, Asavar Kul, l’Elu des Dieux, Valnir, le Moissonneur,
Engra Morte-Epée, Champion des Dieux, Warlock, le Destructeur et bien d’autres encore. Engra Morte-Epée, venu du nord-ouest, avait déjà repoussé une faible armée kislévite pour arriver jusqu’à Praag. Le
plan des forces du Chaos était simple, maintenant que la famine et la peste avaient affaiblis les kislévites,
Arbaal qui commandait les légions démoniaques devait se charger d’attaquer les fortifications tandis
qu’Asavar Kul menait les troupes du Chaos contre les chevaliers kislévites qui tentaient de sortir de la cité.
Engra, quant à lui, s’occupait de maintenir l’ordre dans l’arrière garde des armées chaotiques.

Durant l’hiver, les murs de Praag cédèrent et toute la horde du Chaos se rua dans la cité. Engra lui aussi
chargea… La bataille fut âpre mais les kislévites n’avaient aucune chance… Alors que la bataille prenait
fin, Engra pointa son épée vers le nord, invoqua les Quatre Grandes Puissances du Chaos et quelques
instants plus tard un puissant vent sombre se mit à souffler sur la ville. Les pierres et les hommes se
tordirent et ne devinrent q’un dans des hurlements de douleur. Praag devint un avant-goût de ce qui attendait
le Vieux Monde sous la domination du Chaos.

La Horde du Chaos prit alors la route de la capitale Kislev. C’est à ce moment que le Ar-Ulric Kriestov, qui
avait mené une armée constituée exclusivement de cavaliers mais qui, malheureusement était arrivé trop
tard à Praag, prit la décision de tuer celui qui était déjà surnommé le Tombeur de Praag. Bien qu’affamées et
affaiblies par leur bataille au port d’Erengrad et leur longue marche jusqu’à Praag, les cavaliers kislévites et
impériales galvanisées par le Ar-Ulric poursuivirent et chargèrent la Suite du Champion des Dieux. C’est sur
la rive sud du Linsk non loin de la cité des cauchemars, qu’Engra rencontra Kriestov, le chef de l’Eglise
Ulricaine.

Le temps sembla se figer à l’instant où les deux généraux se défièrent. Les armées chargèrent et Engra
dégaina son épée démoniaque d’où jaillir des gerbes d’électricité. L’épée se mit à rugir dès les premiers
coups que le champion chaotique asséna au Ar-Ulric. Bien que blessé, le Ar-Ulric répliqua d’un coup de son
marteau runique qui fit tomber Engra comme si une dizaine de loups venaient de lui sauter à la gorge.
Saisissant sa chance le prêtre guerrier écrasa le champion chaotique sous les sabots de son destrier. Ainsi
disparut Engra Morte-Epée, Champion des Dieux, Tombeur de Praag. A la grande stupéfaction de
Kriestov, il ne restait plus de lui qu’une armure vide et l’épée qui furent emportées par le Linsk.


Après la défaite du Chaos aux portes de Kislev, la ville de Praag fut brûlée et rasée par le Tzar Zoltan mais on
dit que les âmes des défunts ne trouvèrent jamais le repos.

source: White Dwarf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
freedom
Engra-morte-épée.
avatar

Nombre de messages : 545
Localisation : Aux portes de Praag
Date d'inscription : 20/10/2005

MessageSujet: Re: Célébrités du chaos   Ven 21 Oct à 7:11

Haargroth, champion de Khorne
Loin au nord du Vieux Monde, dans l’ombre des Royaumes du Chaos, se trouve la terre de Norsca. Les lois de la nature y règnent en maître absolu, et seuls les plus forts sont en mesure de survivre. Aussi, quand les parents d’Haargroth furent tués lors d’un raid mené par une tribu voisine, sa vie ne tint plus qu’à un fil. Sans personne pour lui enseigner comment survivre dans une contrée aussi inhospitalière, il fut contraint de mener une existence misérable et de se contenter des restes laissés par les chiens.
Chaque été, tous les guerriers de la tribu embarquaient dans leurs navires pour lancer plusieurs raids contre les riches contrées méridionales. Après de nombreux pillages et massacres, ils revenaient avec suffisamment de provisions pour affronter l’hiver avec sérénité. Ceux qui étaient trop jeunes pour se joindre au voyage recevaient la responsabilité de chasser afin de nourrir la tribu et de peaufiner leurs compétences martiales. Aussi, la fréquence des raclées que recevait habituellement Haargroth de la part de ces jeunes guerriers diminuait-elle à la faveur de ces activités valorisantes. La tribu tolérait de le laisser garder les chèvres et Haargroth passait ses journées assis au milieu des champs, la faim lui tiraillant le ventre. Lorsqu’un jour une de ses bêtes disparut dans la forêt, il ne pouvait prévoir que son destin allait bientôt prendre une tout autre tournure.

Haargroth courut à la poursuite de la chèvre, mais lorsqu’il fut sur le point de pénétrer dans le sous-bois, il tomba sur les restes ensanglantés de l’animal d’où partait une traînée rouge. Il sentit la rage monter en lui et se lança à la poursuite du responsable, pour bientôt se retrouver dans une clairière où sommeillait un homme-bête, le groin encore dégoulinant de son récent festin. Haargroth nota que la créature avait posé sa hache près d’elle, et il sentit sourdre en lui une voix lui intimant de se venger. Lorsqu’il se saisit de l’arme, celle-ci émit un grondement sonore, comme si elle avait voulu lui parler, mais le bruit réveilla la créature qui se jeta sur lui en poussant un terrible mugissement de rage. Instinctivement, le jeune homme abattit la hache qui trancha l’homme-bête de l’épaule à la poitrine. Alors que le sang giclait sur ses guenilles, Haargroth donna libre cours à sa colère et exorcisa dans un accès de haine frénétique toute l’humiliation qu’il avait jusqu’alors renfermée en lui. Il continua de hacher le corps de la créature jusqu’à ce qu’il n’en reste plus qu’un amas informe d’os et de chair ensanglantés. Quelque chose s’était irrémédiablement brisé dans l’esprit oppressé du simple pâtre qu’il avait été, il venait d’expérimenter une sensation dont il n’avait même pas soupçonné l’existence. Sans le savoir, il avait franchi le premier pas sur le chemin de la gloire et de la damnation.
Haargroth resta longtemps ainsi, le poing fermement crispé sur le manche de sa hache. Il observa avec fascination le sang en disparaître, absorbé par la lame. A son grand étonnement, le rugueux manche de bois devint soudain lisse, et le tranchant se mit à briller intensément lorsqu’une étrange rune apparut sur la lame pendant un court instant. Haargroth quitta la forêt et se dirigea droit sur son village. Lorsqu’il arriva aux portes, les gardes se précipitèrent à sa rencontre afin de le questionner sur le sang qui le couvrait de la tête aux pieds, mais d’un seul revers de hache, il les tua tous les deux.
Désormais, le pâtre soumis et maltraité n’était plus. Vêtu de la fourrure sanglante de l’homme-bête, Haargroth traversa fièrement le village. Les jeunes chasseurs fuirent devant lui alors qu’il se dirigeait vers le grand hall. Personne n’osa défier quelqu’un qui avait été capable de tuer les gardes de sang-froid, aussi prit-il place à la tête de la grande table et se fit-il apporter nourriture et boissons à volonté. Il passa tout l’été à plier les villageois à ses quatre volontés sans que personne n’ait le courage de s’opposer à son règne de terreur.

Lorsque les premières feuilles commencèrent à tomber, la tribu se mit à attendre avec impatience le retour des bateaux. A leur arrivée, les guerriers furent acclamés et les femmes se précipitèrent vers la côte pour les accueillir. Les raids s’étaient révélés fructueux, les cales étaient remplies de trésors, d’esclaves et de toutes sortes de provisions exotiques. Les guerriers de Norsca chantèrent leurs victoires en se dirigeant vers le grand hall afin de commencer les célébrations, mais au moment où ils pénétrèrent dans la salle, les chants cessèrent soudain pour laisser place à un silence menaçant. La coutume voulait que le chef de la tribu pénètre en dernier dans le grand hall, et l’absence d’acclamations pour accueillir son entrée lui indiqua que quelque chose allait de travers. Lorsque la foule s’écarta devant lui, il eut la surprise de voir un étranger assis sur son trône, et la colère monta en lui quand il réalisa que l’imposteur n’était autre que le berger orphelin.

Le gamin avait grandi à une vitesse étonnante depuis la dernière fois que le chef de la tribu avait posé ses yeux sur lui. Animé par la rage, celui-ci brandit sa hache et se jeta en avant. Son arme décrivit un puissant arc de cercle en direction du jeune impudent avec la ferme intention de le tuer net. La foule laissa échapper un murmure d’étonnement en voyant Haargroth se contenter de lever sa hache pour dévier le coup de son adversaire en direction de la table. Avant que le chef n’eût le temps de libérer son arme plantée dans le bois, Haargroth le tua froidement. Il plongea ensuite son regard dans les yeux de chacun des guerriers de la tribu, défiant quiconque de l’affronter, mais tous courbèrent l’échine. Le nouveau chef commanda que la célébration reprenne son cours, mais la fête était résolument gâchée.
La tribu vécut difficilement les mois qui suivirent, car l’unité et la fraternité que son ancien chef avait réussi à instaurer avaient disparu. Tous reconnaissaient Haargroth comme leur nouveau chef, cependant aucun ne se ralliait à son parti.

Pour les tribus dont les raids estivaux s’étaient révélés décevants, l’hiver était dur, et lorsque les provisions se faisaient rares, elles se trouvaient contraintes de partir en guerre contre leurs voisins. Lorsque les premiers flocons de neige tombèrent, le silence reposant du matin fut soudain rompu par les cris de guerre d’une tribu rivale.
Les guerriers rassemblèrent leurs armes et se préparèrent à défendre le village. Haargroth avança à découvert au-devant des ennemis, et pour la première fois les guerriers se rassemblèrent autour de lui. Lorsque les ennemis lancèrent la charge, il resta fermement en première ligne. Sa hache se levait et s’abattait si vite que bientôt, une pile de corps démembrés l’entoura. Inspirés par sa férocité, ses hommes se jetèrent sauvagement sur leurs adversaires jusqu’à ce que tous les envahisseurs trempent dans leur sang. La tribu d’Haargroth, quant à elle, s’en était tirée indemne, et ce ne fut qu’à partir de ce jour qu’elle le considéra comme son chef à part entière. Les guerriers rentrèrent au village victorieux en portant Haargroth en triomphe.

Saturée du sang de ses victimes, la hache s’était à présent transformée en une puissante arme ornementée, mais ce ne fut pas le changement le plus important. Délecté du massacre perpétré par ce mortel, Khorne, le Dieu de la Guerre, accorda ses faveurs à Haargroth. En quelques jours, son corps se transforma, ses muscles se développèrent de sorte qu’il ressembla bientôt plus à une bête qu’à un homme. Tout au long de l’hiver, il mena ses guerriers dans de nombreux raids contre les tribus avoisinantes, remportant chaque bataille en faisant couler des rivières de sang dans les vallées recouvertes de neige. Bientôt, les tribus ennemies se rendirent à la seule vue des guerriers d’Haargroth, ce qui ne l’empêcha pas de n’accorder aucune grâce et de les massacrer jusqu’à ce qu’il n’en reste que les plus forts. A ceux-là, il offrait le choix de rejoindre sa tribu ou de mourir. Cette réputation implacable fut à l’origine du nom de sa horde, les Massacreurs d’Haargroth.

Au cours des quelques années qui suivirent, Haargroth lança des raids audacieux de par le monde, s’aventurant jusqu’à la lointaine Naggaroth et même dans les jungles tropicales de Lustrie. Après chaque victoire, il prit l’habitude de récompenser ses meilleurs guerriers en leur offrant de magnifiques armures bénies par les dieux, des armes enchantées ou d’imposantes montures qu’ils pourraient chevaucher au combat. Dans tous les conflits, Haargroth marcha au-devant de ses forces pour prendre part aux combats les plus rudes et se frayer un chemin sanglant à travers les rangs ennemis.

L’hiver venu, il retournait avec ses guerriers en Norsca où il continuait de faire la guerre aux tribus voisines. Sans cesse à la recherche de nouveaux massacres, il finit par mener sa horde vers le nord en direction des Désolations. L’ennemi continuait de plier sous sa botte, mais Haargroth se plut à combattre si près des Royaumes du Chaos : les adversaires y étaient plus forts et plus brutaux, et quelque chose dans l’atmosphère l’investissait d’une intense sauvagerie. Finalement, il finit par réaliser que personne ne faisait le poids face à sa bande, aussi en appela-t-il à Khorne en personne pour qu’il lui envoie un adversaire digne de lui.

Instantanément, une tempête éclata dans le ciel, et les brumes des Désolations vinrent envelopper ses guerriers. De puissants démons brandissant d’imposantes haches émergèrent de l’épaisse fumée et chargèrent les Massacreurs, tuant plusieurs de ses guerriers d’élite. Dans la confusion, Haargroth se trouva séparé de sa horde et se perdit dans le brouillard. C’est alors qu’il entendit le son de lourds sabots accompagné d’une respiration profonde qui ne pouvait être que celle d’une terrible créature. Apparaissant soudain comme venue de nulle part, une énorme monture se cabra devant lui. Dans ses yeux brûlait le feu de l’enfer et sur son dos se trouvait un imposant chevalier vêtu d’une armure noire où venaient se refléter les ombres de la nuit. Parmi les nombreuses runes la recouvrant, il reconnut la marque de Khorne. Le guerrier maniait une impressionnante épée et protégeait son flanc d’un lourd bouclier noir.

Les dieux avaient répondu à son appel ! Haargroth lâcha un rugissement en guise de cri de guerre et chargea droit sur le cavalier.
Il abattit sa hache de toutes ses forces, mais son coup fut paré par le bouclier de son ennemi. L’impact fut si violent qu’Haargroth sentit vibrer les os de ses bras. Il constata avec stupeur que le bouclier ne portait pas la moindre trace de son coup, et son adversaire profita de cet instant de répit pour faire à son tour décrire à son arme un arc mortel. L’épée baignée de flammes noires vint s’abattre contre la poitrine d’Haargroth, que le coup projeta en arrière. La douleur envahit son corps et la peur infiltra son esprit.
Pour la première fois depuis son enfance malheureuse, il sentit l’humiliation de la défaite. Le cavalier dirigea sa monture vers lui, puis il mit pied à terre et l’attrapa à la gorge pour le soulever jusqu’à ce que ses pieds ne touchent plus le sol. Il se présenta alors comme Archaon, le Seigneur de la Fin des Temps, et ordonna qu’Haargroth et ses hommes se plient à son commandement et rejoignent sa garde personnelle, avec laquelle ils auraient l’honneur de participer aux combats les plus sanglants. Ayant finalement croisé la route de quelqu’un plus fort que lui, Haargroth accepta l’offre d’Archaon, et sa horde, rejointe par d’innombrables Sanguinaires et autres créatures démoniaques, fit dès lors partie de la puissante armée du Seigneur de la Fin des Temps. Néanmoins, Haargroth est toujours en quête de toujours plus de puissance et continue d’accumuler les crânes de ses milliers de victimes au pied de l’autel de son dieu. Lorsqu’il sera prêt, il défiera à nouveau l’Élu, car telle est la voie de Khorne…
source:Article extrait du White Dwarf n°99
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://warhammer-encyclo.forumpro.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Célébrités du chaos   

Revenir en haut Aller en bas
 
Célébrités du chaos
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La confrerie du "chaos "( RP ouvert a tous )
» La Horde de l'Altérateur [Chaos-2500 points]
» vente de figs chaos et demons en trop
» Vente matos chaos mortel en metal
» Nouveau LA chaos.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
une encyclopédie sur le jdr warhammer :: Appendice historique, géographique et biographique :: C-D-
Sauter vers: